Mon papa dessine des femmes nues

À propos

Philippe Dupuy dessine avec son fils Hippolyte. Se promène au musée ou à Taïwan avec son fils Hippolyte. Réfléchit à la vie en regardant son fils Hippolyte... Car à travers cet enfant, l'auteur retrace autant son passé qu'il trace son avenir, développant au passage une douce réflexion sur la nudité dans l'art, la paternité tardive, la marche du monde, la vie en général... Usant d'un dessin faussement jeté, proposant des relectures graphiques de toiles mythiques et de splendides compositions mêlant son trait et celui de son fils, l'auteur de « Monsieur Jean » se montre toujours plus proche des lecteurs qui grandissent avec lui depuis si longtemps. Sans doute l'ouvrage le plus personnel d'un auteur essentiel.

Moitié du mythique duo Dupuy-Berberian, Philippe Dupuy développe maintenant une oeuvre où se mêlent explorations des arts et de sa psyché. Une démarche toujours plus emballante, profonde et touchante.



Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Romans graphiques

  • EAN

    9791034750344

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    168 Pages

  • Longueur

    31 cm

  • Largeur

    24 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    1 230 g

  • Lectorat

    à partir de 15 ans

  • Distributeur

    Mds

  • Support principal

    Grand format

Philippe Dupuy

15 décembre 1960
Naissance de Philippe Dupuy à Sainte Adresse, Normandie, France.
1978
A 17 ans, Dupuy rate son bac, mais réussit le concours d'entrée de l'école des Arts Décos, à Paris.
1983
Dupuy a publié dans quelques fanzines et Le Père Gaspard, sa première histoire professionnelle, est sorti dans l'éphémère revue Aïe! A l'époque, il prépare même une série, qui sera finalement refusée, pour le journal de Spirou. Échec traumatisant. Dupuy songe à abandonner la bande dessinée, jusqu'à ce que Charles Berberian, qu'il a croisé un peu plus tôt à une réunion de travail du fanzine Band'à Part, lui demande d'illustrer l'une de ses histoires. D'accord, répond Dupuy, à condition que tu la dessines avec moi. Le sens de leur collaboration tient tout entier dans cette réponse : par la suite, Dupuy et Berberian signeront ensemble dessin et scénario dans une osmose inextricable, sans qu'il soit possible - ni souhaitable - de déterminer qui y fait quoi.
1984
Gotlib et Diament, les deux piliers de Fluide Glacial, sont séduits par le travail de Dupuy et Berberian. Le journal accueille d'abord Red, Basile et Gégé (devenus Graine de voyous en album), puis Henriette, une adolescente complexée qui confie ses rêves et fantasmes à son journal intime.
1985
Dupuy et Berberian signent Petit Peintre chez Magic Strip.
1987
Année faste pour le duo: un port-folio pour Chantal Thomass, les premières commandes publicitaires, la presse pour enfant, et même un clip vidéo pour l'impayable Éric Moréna.
1989
Un certain Monsieur Jean a une "Bonne Surprise" : sous ce nom paraît dans le premier collectif Frank Margerin présente la première histoire de celui qui va très vite devenir le personnage fétiche de Dupuy et Berberian
1994
Dupuy et Berberian consacrent au troisième volume de Monsieur Jean un livre de bord, l'édifiant Journal d'un Album, publié chez leurs amis de l'Association.
1996
Huit ans après avoir déserté les pages de Fluide Glacial, Henriette reprend du service dans Je Bouquine.
1999
La consécration. Au festival de la bande dessinée d'Angoulême, Dupuy & Berberian, très émus, reçoivent l'Alph'Art du meilleur album de l'année pour le quatrième volume de Monsieur Jean.

empty