• En à peine quelques semaines, ce courant politique devient le porte-parole de la jeunesse et partant de toute une génération. Sous cette bannière se rassemblent les mouvances anarchiste, maoïste et trotskyste, divisées en de multiples groupes qui émergent à la fin des années 1960 (Gauche prolétarienne, Ligue communiste, ORA, OCI, PCMLF...). Mais derrière ce gauchisme politique se déploie aussi tout un gauchisme culturel, avide de secouer le vieux monde et de changer la vie. Que reste-t-il aujourd'hui dans notre société de cette force politique et de ces aspirations libertaires ?
    Dans cette synthèse historique totalement inédite, Philippe Buton répond à cette question et à bien d'autres avec une grande clarté. Retraçant l'aventure du gauchisme, il montre que ce mouvement a certes été uni, notamment autour d'une croyance en une révolution proche et radicale, mais aussi profondément divisé par une multitude de querelles. Il expose également qu'après le « printemps rouge et noir », ce courant est brusquement devenu une réalité tangible que des acteurs traditionnels - la police, l'armée et la gauche parlementaire particulièrement - ont eu bien du mal à prendre en compte. Enfin, il établit que les gauchistes ont été à la pointe de nombreux combats sociaux qui nous animent encore aujourd'hui, notamment la défense des droits des femmes et l'émergence de la conscience écologique. En revenant sur les évolutions politiques du mouvement gauchiste mais aussi sur ses conséquences culturelles et sociales, Philippe Buton dépeint avec brio la France d'une jeunesse bouillante et militante qui, pendant près de dix ans, a cru en l'avènement d'un monde nouveau.

  • La première guerre mondiale fut un combat inextricablement national et politique, et la victoire de 1918 fut également perçue comme le triomphe définitif de la liberté et de la démocratie contre l'agression et l'autoritarisme.
    Mais d'autres postulants, dynamiques et conquérants, à l'alternative politique de la démocratie libérale se lèvent immédiatement : le communisme et le fascisme. Sept décennies plus tard, avec la mort de la dernière alternative planétaire au modèle démocratique, le triomphe apparent s'est transformé en victoire réelle, du moins à moyen terme.
    Ce combat, finalement gagné, fut tout sauf évident, et il suscita de multiples réflexions, débats et controverses, à la fois dans sa dimension externe (contre les totalitarismes et leurs zélateurs) et à l'intérieur de sa sphère d'existence : désamorcer les attaques portées contre la démocratie en approfondissant celle-ci, en passant d'une démocratie de représentation à une démocratie d'intégration.
    Le but de cet ouvrage est de retracer l'histoire intellectuelle mouvementée de l'idée démocratique en analysant les prises de position des défenseurs (anciens et récents) et des procureurs (de gauche ou de droite) de la démocratie, sans omettre l'examen des réponses apportées aux questions inédites soulevées par l'évolution de la société du XXe siècle : l'égalité des hommes et des femmes, l'extension de la démocratie sociale, l'efficacité de l'État démocratique, etc.
    L'originalité de ce livre est d'avoir voulu rendre concrète cette histoire des idées, grâce à la reproduction de nombreuses sources révélatrices de cette aventure intellectuelle.

  • Tirailleurs sénégalais, spahis algériens mais aussi troupes indochinoises : autant de soldats des colonies appelés sur les fronts européens de la Grande Guerre pour défendre l'empire. Bien que l'on ait beaucoup écrit sur le sujet, certains aspects restent encore inexplorés : la composition de ces troupes coloniales, et l'attitude du commandement à leur égards.
    De la bataille oubliée de Dobro Polje aux graffitis du Chemin des dames en passant par les mutineries d'août 1917, cet ouvrage aborde la spécificité du cas français sans négliger les expériences des autres empires.
    Cent ans après les événements, grâce à la somme de travaux inédits d'historiens émérites, il est possible de mettre en lumière cet épisode essentiel de la Grande Guerre, trop souvent traité de manière polémique.

  • Est-il concevable qu'une pe´riode historique longue de quarante ans, qui vit s'instaurer un syste`me bipolaire au niveau mondial, entrai^nant la plane`te dans une grille de lecture du monde maniche´enne, n'ait trouve´ aucun e´cho dans les communes et les de´partements franc¸ais ? Peut-on au contraire imaginer de´couvrir quelques traces de ce conflit ge´opolitique dans les comportements politiques et les pratiques culturelles qui se sont de´ploye´s aux e´chelons infranationaux ?

    Ce sont ces deux questions, faussement nai¨ves, auxquelles cet ouvrage se propose de re´pondre. Adosse´e au re´seau des correspondants de l'Institut d'Histoire du Temps Pre´sent (CNRS), pluridisciplinaire dans ses approches, l'enque^te collective est porte´e par une double ambition : retrouver de la Guerre froide ailleurs que la` ou` elle est commune´ment situe´e et interpre´te´e, repe´rer une autre Guerre froide que celle e´labore´e par les seuls acteurs des relations internationales.

    Vue d'en bas, quelle Guerre froide rencontre-t-on ? Est-elle au moins encore guerrie`re ?

empty