• «Il n'était personne, il devint quelqu'un. Adoré par beaucoup, méprisé par beaucoup, et puis il disparut. On l'oublia. On se souvint de lui. On l'oublia de nouveau. On se souvint de lui de nouveau et aujourd'hui, au moment où j'écris les dernières phrases de ce livre, aux premiers jours de l'année 2020, ses oeuvres sont de nouveau oubliées. C'est une période sombre pour l'Amérique, une période sombre dans le monde, et avec tout ce qui arrive, érodant nos certitudes quant à qui nous sommes et où nous allons, le moment est peut-être venu de sortir ce Burning Boy de sa tombe et de recommencer à se souvenir du jeune homme incandescent. Sa prose reste crépitante, son regard tranchant, son oeuvre poignante. Est-ce que tout cela nous importe encore ? Si tel est le cas, et on ne peut que l'espérer, il faut y prêter attention.» PAUL AUSTER

  • 4 3 2 1

    Paul Auster

    Un roman kaléidoscope où un personnage incarne toutes les figures du destin protéiforme que le monde et l'Amérique des années 1950 furent susceptibles de proposer à l'individu, de l'enfance à l'entrée dans l'âge adulte. Tout en restant fidèle aux obsessions littéraires qui sont les siennes, Paul Auster, avec cet ample et ambitieux roman, renouvelle et détourne brillamment le genre du roman initiatique en le confrontant à l'Histoire du XXe siècle.

  • Trilogie new-yorkaise

    Paul Auster

    De toutes les qualités qui ont justifié le succès de la Trilogie new-yorkaise, l'art de la narration est sans doute la plus déterminante. C'est qu'il suffit de s'embarquer dans la première phrase d'un de ces trois romans pour être emporté dans les péripéties de l'action et étourdi jusqu'au vertige par les tribulations des personnages. Très vite pourtant, le thriller prend une allure de quête métaphysique et la ville, illimitée, insaisissable, devient un gigantesque échiquier où Auster dispose ses pions pour mieux nous parler de dépossession.

    Cité de verre, Revenants, La Chambre dérobée.

  • À travers cet entretien en forme de dialogue ouvert, le lecteur est invité à revisiter l'univers des fictions de Paul Auster dont il découvrira des aspects inédits. Un ouvrage indispensable pour les nombreux lecteurs de l'oeuvre singulière et exceptionnelle du grand écrivain américain.

  • Brooklyn Follies

    Paul Auster

    Vivre le meilleur des choses à Brooklyn, être amoureux à soixante ans comme à trente, se marier, retrouver les siens, échapper aux sectes, marcher sous le ciel bleu à 8 heures du matin, s'enflammer pour Henry David Thoreau et Edgar Allan Poe. Être heureux, mais pour combien de temps encore, en Amérique...

  • Le carnet rouge suivi de l'art de la faim Nouv.

    Essais, textes critiques, considérations sur l'art poétique et réflexions sur la littérature composent une véritable géographie de l'oeuvre austérienne.

  • Smoke suivi de Brooklyn boogie Nouv.

    Deux scénarii autour d'Auggie Wren, le marchand de tabac de Brooklyn, qui furent à l'origine de deux films à succès.

  • Disparitions Nouv.

    Disparitions

    Paul Auster

    Au fil de ces poèmes composés dans les années 1970, on retrouve les thèmes de prédilection d'un jeune Paul Auster qui n'était pas encore romancier. Grâce à la traduction limpide de Danièle Robert, poète elle-même, lire ces vers revient à découvrir les bourgeons qui ont fleuri ensuite dans l'oeuvre que l'on connaît.

  • Invisible

    Paul Auster

    Trois décennies après les événements, James Freeman, un écrivain américain renommé, raconte l'histoire dont l'a fait dépositaire un ancien condisciple, Adam Walker, du temps où tous deux étaient étudiants à Columbia University. De New York à Paris, cet étrange roman de formation déroule, outre l'histoire d'Adam, jeune Américain idéaliste dont la vie s'est trouvée bouleversée par la rencontre d'un personnage fascinant et ambigu, celles de quelques personnages qui, malgré le passage du temps, subissent toujours l'étrange et périlleux ascendant d'une figure maléfique.

  • Moon palace

    Paul Auster

    Les tribulations en Amérique et la quête identitaire du jeune Marco Stanley Fogg dans les années 1960 et 1970.

  • Dans le cadre d'une émission de radio à laquelle il collabore, Paul Auster a reçu pendant plus d'un an des récits de vie des auditeurs. Fasciné par la richesse de ces univers multiples, il a regroupé ses favoris dans cette anthologie.

  • LEVIATHAN

    Paul Auster

    Prix Médicis étranger 1993, le Léviathan de Paul Auster met en scène un écrivain, Ben Sachs, détourné du cours de son existence par la hantise du mal qui menace le monde en général et l'Amérique en particulier. Or il ne peut mener à terme le roman qu'il a entrepris - «Leviathan» - car l'action terroriste dans laquelle il s'est engagé se retourne contre lui. Peter Aaron, son ami, décide, pour prévenir les mensonges des enquêteurs, de reconstituer et d'écrire l'histoire de Sachs : s'ouvrent alors les pistes les plus étranges, apparaissent les personnages les plus curieux, qui tous, par le talent si singulier de Paul Auster, deviennent autant de figures du destin.

  • Mr vertigo

    Paul Auster

    "J'avais douze ans la première fois que j'ai marché sur l'eau" : ou le destin prodigieux d'un enfant pas comme les autres dans une Amérique aux étranges facettes.

  • Deux textes autobiographiques relatant les circonstances dans lesquelles Paul Auster a senti naître sa vocation d'écrivain.

  • Le premier livre de Paul Auster, «L'Invention de la solitude», est aussi l'ouvrage fondateur de son oeuvre, son art poétique. Une manière pour lui de montrer, par-delà la mort du père et à travers la recherche de l'identité, que le langage "est notre manière d'exister dans l'univers. " Traduction de Françoise Kestsman et Christine Le Boeuf.

  • L'excentrique et funeste partie de poker de Nashe et Pozzi.

  • Après avoir écrit la biographie d'un acteur du cinéma muet porté disparu depuis des décennies, David Zimmer reçoit un courrier : l'acteur le demande de toute urgence sur son lit de mort, pour lui léguer un étrange héritage.

  • Sunset park

    Paul Auster

    Peuplé de personnages qui sont autant d'écorchés vifs, «Sunset Park» explore les capacités de dévastation des traumatismes enfouis lorsqu'ils se trouvent relayés par la cruelle évolution des sociétés matérialistes contemporaines. Ou comment, sept ans après l'effondrement des Twin Towers, la crise des subprimes porte un nouveau coup au rêve américain et oblige les individus à une radicale révision de la manière d'appréhender leur propre histoire.

  • De ce "pays des choses dernières" où elle tente de survivre au froid et au désespoir, Anna Blume - venue chercher son frère disparu - écrit une longue lettre dont on ne sait si elle trouvera jamais son destinataire. Un roman sur le rapport au monde et au langage.

  • Après avoir été donné pour mort et à peine sorti de l'hôpital, un écrivain retrouve l'inspiration grâce à un étrange carnet bleu.

  • Tombouctou

    Paul Auster

    Une fable romanesque écrite avec un art de la narration qui, depuis son premier livre, a fait la réputation de Paul Auster.

  • À travers cette «Chronique d'hiver» plus proche de l'autoportrait ou du journal que du récit autobiographique classique, Paul Auster propose une méditation sur la fuite du temps et invite le lecteur à partager l'aventure de l'existence telle qu'il l'a vécue, en homme comme en écrivain, au fil des sensations, des émotions, des rencontres et des lieux ayant marqué son itinéraire personnel.  

  • Contraint à l'immobilité par un accident de voiture, un septuagénaire se protège des souvenirs qui l'assaillent lors de ses innombrables insomnies en se racontant l'histoire d'un monde parallèle où le 11 Septembre n'aurait pas eu lieu et où l'Amérique ne serait pas en guerre contre l'Irak mais en proie à la plus dévastatrice des guerres civiles... Un tour de force romanesque au service d'un projet d'une exceptionnelle ambition.

  • La pipe d'Oppen

    Paul Auster

    Au fil de ces quatorze textes, Paul Auster rend hommage à une constellation de créateurs (de Georges Perec, Jacques Dupin, André du Bouchet ou Alain Robbe-Grillet, à Samuel Beckett, George Oppen, Edgar Allan Poe, Joe Brainard mais aussi, de manière moins attendue, son ami le cinéaste Jim Jarmusch) dont la rencontre, à travers leurs oeuvres et, parfois, dans la vie réelle, a durablement marqué son propre parcours d'écrivain.

    Traduction par Céline Curiol, Christine Le Boeuf, Emmelene Landon, David Boratav.

empty