Larousse

  • Dostoïevski, un auteur usé par la vie. En 1866, Dostoïevski a 45 ans ; c'est un écrivain usé par la maladie, par une expérience douloureuse dans l'armée puis au bagne, poursuivi par sa passion dévastatrice pour le jeu et englué dans de graves difficultés financières.
    Le Joueur : un pari éditorial et amoureux. Harcelé par ses créanciers, Dostoïevski signe avec le redoutable éditeur Stellovski, un contrat pour un roman qui devra être livré un an plus tard, sous peine de se voir retirer ses droits d'auteurs pendant neuf ans. Acculé, n'ayant pas écrit une ligne pendant les 11 premiers mois, Dostoïevski réussit l'exploit de dicter son ouvrage en moins d'un mois à une sténographe, Anna, qui deviendra sa future épouse.
    Un roman moderne. Le héros raconte au jour le jour son existence sans la comprendre. Le roman, à travers le récit d'une passion, nous fait entrer dans la conscience troublée d'un personnage, et montre la perte du sens dans la fiction moderne. Pour le critique Bakhtine, Dostoïevski est exemplaire de la polyphonie du récit moderne.
    Le lien avec les programmes. Le Joueur permet une ouverture à la culture européenne (classe de première) et l'entrée, par une grande oeuvre étrangère brève et accessible, à un objet d'étude central en seconde, le récit.
    Les commentateurs et traducteurs. Odile ARDIN et son mari sont agrégés de russe. Elle est l'auteur de traductions reconnues et enseigne la littérature russe en classes préparatoires littéraires. La traduction proposée ici prend le parti inédit de la fidélité au texte original.


empty