Laure Adler

  • « C'est un carnet de voyage au pays que nous irons tous habiter un jour. C'est un récit composé de choses vues sur la place des villages, dans la rue ou dans les cafés. C'est une enquête tissée de rencontres avec des gens connus mais aussi des inconnus. C'est surtout une drôle d'expérience vécue pendant quatre ans de recherche et d'écriture, dans ce pays qu'on ne sait comment nommer : la vieillesse, l'âge ?
    Les mots se dérobent, la manière de le qualifier aussi. Aurait-on honte dans notre société de prendre de l'âge ? Il semble que oui. On nous appelait autrefois les vieux, maintenant les seniors. Seniors pas seigneurs. Et on nous craint - nous aurions paraît-il beaucoup de pouvoir d'achat - en même temps qu'on nous invisibilise. Alors que faire ? Nous mettre aux abris ? Sûrement pas ! Mais tenter de faire comprendre aux autres que vivre dans cet étrange pays peut être source de bonheur...
    Plus de cinquante après l'ouvrage magistral de Simone de Beauvoir sur la vieillesse, je tente de comprendre et de faire éprouver ce qu'est cette chose étrange, étrange pour soi-même et pour les autres, et qui est l'essence même de notre finitude.
    « Tu as quel âge ? » Seuls les enfants osent vous poser aujourd'hui ce genre de questions, tant le sujet est devenu obscène. A contrario, j'essaie de montrer que la sensation de l'âge, l'expérience de l'âge peuvent nous conduire à une certaine intensité d'existence. Attention, ce livre n'est en aucun cas un guide pour bien vieillir, mais la description subjective de ce que veut dire vieillir, ainsi qu'un cri de colère contre ce que la société fait subir aux vieux. La vieillesse demeure un impensé. Simone de Beauvoir avait raison : c'est une question de civilisation. Continuons le combat ! ».
    L.A.

  • Depuis la préhistoire, avec l'apparition des venus hottentotes, la femme a été le centre et le support de tous les fantasmes. Déesse ou putain, vierge ou sorcière, virago ou odalisque, elle a été mise en scène, allumée, surexposée : son corps, toutes les parties de son corps, et son visage, à travers un regard essentiellement masculin.
    La première partie de cet ouvrage - La femme regardée - va jusqu'au moment où Courbet et Manet vont révolutionner le regard, la seconde - Les femmes qui nous regardent - jusqu'aux années 60 et la troisième - Ces femmes qui se regardent - débute avec les années 1970, quand s'est opérée une révolution majeure pour les femmes artistes qui désormais se représentent elles-mêmes. C'est donc aussi à une histoire de l'évolution du statut de la femme que ce livre convie, comme un voyage au Pays de l'émancipation sexuelle et politique, de Camille Claudel à Louise Bourgeois, et de Frida Kahlo à Cindy Sherman.

    "JE SUIS UNE FEMME. TOUT ARTISTE EST UNE FEMME.».
    PICASSO.

  • Publié à l'occasion des 20 ans de la mort de Charlotte Perriand (1903-1999), cet essai biographique illustré dresse le portrait de la conceptrice engagée, femme libre et visionnaire qui a marqué l'architecture moderne et le design du XXe siècle.
    Dans un essai très personnel, Laure Adler aborde trois facettes complémentaires de la créatrice : tout d'abord celle de la conceptrice qui développera, avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret dans les années 1930, des meubles fondateurs du design moderne ; celle de la femme libre, engagée, sportive et aventurière ;
    Et en?n celle de la visionnaire, capable de s'inspirer de toutes les cultures, en particulier japonaise, pour développer une pensée de l'espace et de l'habitat adaptés à l'humain.
    Grâce à la richesse des archives Perriand, le récit de Laure Adler est accompagné d'une sélection de 200 photographies, dont un grand nombre ont été réalisées par Charlotte elle-même, qui donnent à voir la femme libre, indépendante et moderne qu'elle était.

  • Marguerite Duras

    Laure Adler

    Qui était Marguerite Duras ? Experte en autobiographie, professionnelle de la confession, elle a pris tant de masques et s'est tellement plu à brouiller les pistes que c'est presque une gageure de vouloir distinguer la vérité de la fiction. Ce qu'il y a dans les livres, disait-elle d'ailleurs, est plus véritable que ce que l'auteur a vécu.
    Fruit des relations amicales que Laure Adler eut avec elle pendant une douzaine d'années, et de patientes recherches, cette biographie, sans avoir la prétention de dire la vérité du personnage, tente cependant de démêler les différentes versions que Marguerite Duras a données de sa vie. Elle essaie d'éclairer les zones d'ombre que l'écrivain a mises en scène avec tant de talent : la relation avec l'Amant à la fin de l'enfance, son attitude pendant la guerre et la Libération, ses passions amoureuses, littéraires et politiques. Car la vie de Marguerite Duras fut aussi celle d'une enfant du siècle, d'une femme profondément engagée dans les combats de son temps.

  • A la rencontre de Simone Weil, philosophe, ouvrière, militante et résistante. De la guerre d'Espagne à l'usine, de l'exil à l'engagement au service de la "France libre", un itinéraire ardent et insoumis.
    "Son nom est connu dans un cercle d'initiés qui la considèrent comme une icône de la pensée contemporaine et qui se ressourcent régulièrement dans ses écrits.
    Je fais partie de ces personnes qui, par les hasards d'une amitié, à l'adolescence, ont eu la chance de tomber sur La Pesanteur et la Grâce, et, comme bon nombre d'étudiants, je le suppose, j'ai appris par coeur certains fragments qui résonnaient en moi comme des aphorismes de sagesse et de compréhension du monde. Pendant des années ce livre de chevet fut pour moi comme la boussole du marin au milieu de l'océan déchaîné.
    Trente ans après, mes recherches sur Hannah Arendt me firent lire ou relire certains textes comme La Condition ouvrière et L'Enracinement. Je fus, de nouveau, frappée par sa profondeur d'analyse, son courage physique et intellectuel, la pertinence de ses propositions, son mystère aussi, ce mystère d'une vie brisée à trente-quatre ans dans le feu de la recherche de la vérité.
    Aujourd'hui, nous avons besoin de la pensée de Simone Weil, de sa clairvoyance, de son courage, de ses propositions pour réformer la société, de ses fulgurances, de ses questionnements, de son désir de réenchanter le monde."

  • D'où vient le désir de théâtre ? Et comment le transmettre à des jeunes qui, peut-être, ne l'ont jamais approché ? Laure Adler propose, à travers un récit dans lequel s'invite la parole d'une dizaine de créateurs, de penser cette question.
    Tous les soirs, en faisant entendre les voix de Claude Régy, Krzysztof Warlikowski, Ariane Mnouchkine, Angélica Liddell, Krystian Lupa, Bob Wilson, Anne Teresa de Keersmaeker et Tiago Rodriguez, invite le lecteur à un voyage sentimental et artistique dans l'univers de ces hommes et de ces femmes qui ont su renouveler les formes de leur art. Les bouleversements qu'impliquent leurs esthétiques et leurs engagements, parce qu'ils changent notre rapport au monde et aux autres, sont présentés par Laure Adler comme autant de témoignages des pouvoirs du théâtre.

  • Dictionnaire intime des femmes

    Laure Adler

    • Stock
    • 11 Octobre 2017

    "Ce livre est une invitation au voyage dans un étrange pays sans frontières, une terra incognita, un territoire où vit la moitié de l'humanité. On a dit que c'était un continent noir. Je pense, au contraire, qu'il est habité par la lumière et bruisse de toutes les voix qui, vivantes aujourd'hui ou venues du passé le plus lointain, ont construit notre histoire. Ce livre est un dictionnaire, donc une manière "d'entrer" à sa guise dans ce vagabondage où des femmes très célèbres cohabitent avec des anonymes.
    Il est "intime", car il est aussi, à mon insu, une sorte d'autobiographie. Dire qui l'on admire est inévitablement une forme de confession. Mon seul désir est de faire connaître ou reconnaître ces femmes, tant elles sont pour moi des exemples qui nous donnent courage, énergie, espoir", Laure Adler.

  • « Hannah Arendt est l'une des intellectuelles les plus importantes du XXe siècle. Son oeuvre irrigue tant la philosophie que la politique et l'éthique.
    Penseuse des chaos du monde et militante antinazie de la première heure, elle fut à la fois une combattante des droits de l'homme, une théoricienne des périls qui menacent la démocratie, une penseuse de l'antitotalitarisme et une femme engagée dans les principaux combats du siècle.
    Penseuse de l'événement, philosophe de la fragilité humaine, elle a vécu dans sa chair ce qu'elle a théorisé. C'est sans doute aussi pour cette raison que son oeuvre nous bouleverse trente ans après sa mort.
    J'ai tenté de mettre mes pas dans les siens, de reconstituer son itinéraire, de rencontrer ses amis et, grâce à des correspondances inédites, d'éclairer ses relations amoureuses - en particulier Martin Heidegger, avec qui elle a vécu, selon Jacques Derrida, une nouvelle histoire d'Héloïse et d'Abélard.
    Ce livre se veut une enquête qui cherche à comprendre cette femme généreuse, politiquement incorrecte, d'un courage exceptionnel, qui pratiquait le culte de l'amitié comme un éros et la philosophie comme un art du savoir-vivre. »
    Laure Adler.


  • A partir d'entretiens et d'archives, l'auteure met en scène une centaine de journées particulières qui ont forgé F. Mitterrand et influé sur son parcours personnel et ses combats politiques, du 26 octobre 1934, où le jeune étudiant d'Angoulême débarque à Paris, à ses derniers instants.

  • Florence, Suzanne, Judith. Elles forment une sarabande dans ma tête. Leur amitié m'a construite et m'a rendue différente. Avec elles, j'ai ressenti ce à quoi nous ne pensions jamais, ce que vivre signifiait. L. A.

    Une nuit d'été, la narratrice se réveille, submergée par une vague de souvenirs qu'elle croyait enfouis dans l'oubli. Sous ses yeux défilent les vies des trois amies avec qui elle a grandi, trois femmes aux destins poignants, trois parties d'elle, qu'elle décide soudain de rassembler.

  • Françoise

    Laure Adler

    • Pluriel
    • 16 Mai 2012

    Françoise Giroud fut sans conteste l'une des journalistes politiques les plus talentueuses de son temps : engagée par Hélène Lazareff à la création de Elle, puis co-fondatrice de l'Express, et enfin chroniqueuse au Nouvel Observateur, l'ex-script-girl de Jean Renoir avait le sens des phrases assassines, la griffe sous le sourire enjôleur. Mais elle fut aussi compagne et complice de Jean-Jacques Servan-Schreiber, farouche opposante à la guerre d'Algérie, amie fidèle de Mendès-France et de Mitterrand, et « inventa » la Nouvelle Vague.
    Femme politique, cette d'immigrés turcs ne passa jamais son bac, mais devint secrétaire d'Etat à la condition féminine sous Giscard d'Estaing. Travailleuse acharnée, élégante en diable, éprise de liberté, c'était une visionnaire, qui roulait en décapotable et fut une grande amoureuse, aimant le plaisir autant que le devoir et incarna la naissance de la femme moderne. Mais on découvre ici que ce tempérament passionné a aussi ses zones d'ombre. Expérience de la trahison, tentative de suicide, mort deun fils... A travers le portrait deune femme d'exception, c'est une époque de feu que ressuscite ici Laure Adler : un temps, pas si lointain, où l'on savait encore se battre pour des idéaux.
    Paru en première édition chez Grasset en 2011.

  • Un essai sur les femmes et le féminisme à travers le regard d'intellectuels ou d'artistes masculins qui ont milité pour l'émancipation féminine : Stéphane

  • A ce soir

    Laure Adler

    " au moment de prendre le bain, j'ai enlevé ma montre, une montre offerte par l'homme que j'aime et où l'artiste a inscrit sur le cadran, en demi-cercle, à ce soir.
    J'ai constaté que le cadran était totalement embué. on dit que la peur crée des sécrétions toxiques. à ce soir était comme effacé. la date, elle, était bien visible. treize juillet. dix-sept ans après la mort de rémi. le texte qui suit s'est imposé à moi juste après. il a surgi de la nuit. " soupçonné d'un complot contre le chef de l'état français, celui que l'on surnomme " le prince " et dont il fut pourtant l'ami et le confident, le célèbre professeur mariani, spécialiste de l'antiquité romaine mais aussi homme de lettres et de femmes, menacé d'arrestation, n'a d'autre choix que la fuite et l'exil.
    Après trente ans d'absence, son village natal du sud de l'italie accueille avec chaleur et ironie le retour de l'enfant prodigue. soudain replongé dans le décor d'une jeunesse passionnée, en quête de l'obsédant souvenir de laura autrefois aimée d'un amour furieux, mariani est cependant confronté au fascinant journal d'un scribe gaulois qui accompagna les légions de césar. à l'abri, croit-il, des persécutions, mariani traduit fiévreusement les récits du scribe.
    Sous la pointe du calame, l'antiquité déploie ses fastes cruels ; flamboyant et énigmatique, l'imperator, méprisant les signes, ne craint pas les ides de mars. mais à la nuit tombée, les sicaires du prince sont embusqués ; déjà dans les rues du village rôdent les chasseurs de manuscrits. mariani ne voit rien. il attend laura...

  • Manifeste féministe

    Laure Adler

    "Encore et encore, il faut continuer à se battre pour l'égalité économique, politique, sexuelle entre les hommes et les femmes.
    De cette lutte, il ne faut pas exclure les hommes. Tout au long de l'histoire, certains d'entre eux se sont mobilisés pour la cause des femmes, pour que l'on cesse de les tenir à l'écart de l'éducation, de la pensée, de l'action sociale ou politique". Dans ce livre, pour porter la cause des femmes, Laure Adler a choisi de faire parler les hommes : Pierre Michon, Maurice Godelier, Claude Garache, Edgar Morin, Pap Ndiaye, Stéphane Hessel, Lionel Jospin, Jacques Diouf, René Frydman, Christian Lacroix, Olivier Py, Xavier Lambours, Bertrand Bonello, Nikita.

  • Courtisanes, demi-mondaines ou filles à numéro, qui furent-elles ? Comment se déroulaient leurs journées ? Quelle fut leur condition ? Cet ouvrage retrace la vie quotidienne des prostituées en France et leur évolution au cours d'un siècle.

  • Plongée dans le quotidien d'un président de la République : ce livre est une chronique des dernières années de la vie de François Mitterrand à l'Elysée.
    Le premier des palais de la République demeure aussi le plus secret. C'est ce qui a incité la journaliste Laure Adler à y mener une enquête quasi ethnologique.
    Dans le ballet des courtisans, parmi le cercle toujours plus restreint des intimes, de cérémonies officielles en entretiens privés, elle a pu suivre le président tout au long de l' « année de ses adieux ».
    Elle nous en rapporte un document inédit, à la fois récit et journal de bord, qui dessine un autre portrait de François Mitterrand. Ici, il commente l'actualité politique et les petites tensions de la cohabitation ; là, il parle de ses rapports à l'argent, de sa maladie qui ne désarme pas. Il revient aussi sur la période de Vichy et s'explique sur ses amitiés controversées : Bousquet, Pelat, le suicide de François de Grossouvre.
    Histoire de vie, d'amitié, de combat, Mitterrand esquisse en somme le premier bilan de ses quatorze années à l'Elysée.

  • A partir d'entretiens et d'archives, l'auteure met en scène une centaine de journées particulières qui ont forgé F. Mitterrand et influé sur son parcours personnel et ses combats politiques, du 26 octobre 1934, où le jeune étudiant d'Angoulême débarque à Paris, à ces derniers instants.

  • Une jeune fille vierge se marie avec un jeune homme chaste. La soirée se termine dans l'alcôve conjugale. La nuit sera longue... Ne commencez jamais votre mariage par un viol, disait Balzac en 1830. On comprend que ce soit d'abord les médecins qui se penchent sur le couple. Soucieux des dégâts accomplis sur le corps de la femme, parfois de façon irrémédiable, ils tentent d'instaurer un ordre moins brutal, mais largement codifié : leurs manuels d'hygiène vont édicter, et pour longtemps, une cartographie du coït matrimonial. Que se passe-t-il dans le lit des époux ? Et surtout que doit-il s'y passer ? L'adultère, inévitable avatar de la situation conjugale, révèle la profonde inégalité entre les hommes et les femmes. Sans rencontrer d'approbation, l'adultère du mari fait l'objet d'une grande tolérance, alors que la femme qui le commet est une criminelle. Le combat pour le divorce fait rage : voté en 1792, supprimé en 1816, il ne sera rétabli qu'en 1884. Ce sont les femmes qui, par milliers, le demandent.
    Comment naissaient, vivaient et se défaisaient les couples ? Les histoires se perdent, mais les écrits restent à partir desquels se réécrit l'Histoire : littérature médicale, juridique, romanesque, théâtre, jettent aujourd'hui toute la lumière sur "un bonheur conjugal" qui n'a pas toujours fait bon ménage avec l'amour.

  • Elles s'appelaient Divine, Elisa, Marie en Tête, Marie Coups de Sabre, Marguerite, Aglaé, Caca, Bijou, Olympia, Pépé la Panthère, Poil ras, Poil long, Crucifix, Irma, Amanda, Octavie, Belle Cuisse, Titine, Pieds fins, Paulette, La Grimpée, Gina, Nana, Fernande, Rosa...
    On les nommait courtisanes, filles de joie, de nuit, d'allégresse, de beuglant, d'amour, filles en circulation, filles à parties, à barrière, pierreuses, soupeuses, marcheuses, cocottes, hétaïres, horizontales, trotteuses, visiteuses d'artistes, lorettes, frisettes, biches, pieuvres, aquatiques, demi-castors, célibataires joyeuses, vénus crapuleuses...
    A travers le récit de la vie de ces femmes d'amour, Laure Adler voudrait qu'enfin justice leur soit rendue. Ni obscènes, ni esclaves, les prostituées ont marqué du sceau du désir qu'elles inspiraient toute une histoire des moeurs.

    Laure AdIer, éditeur, journaliste à France Culture et à Canal Plus, est une spécialiste de l'histoire des sentiments. Après Secrets d'alcôves, histoire du couple de 1830 à 1930 (Hachette 1983), elle a publié L'Amour à l'arsenic : histoire de Marie Lafarge (Denoël, 1986).

  • Femmes hors du voile

    Laure Adler

    • Chene
    • 1 Octobre 2008

    La vision occidentale réduit souvent l'existence des femmes en islam au voile, au mariage arrangé, à la violence et au terrorisme. a cause des préjugés ou de l'image globale que l'on a des pays islamiques, on a tendance à mettre les femmes dans le même ';sac médiatique';. pourtant, le statut de la femme varie fortement d'un pays à l'autre. ainsi en arabie saoudite, une femme n'a pas le droit de conduire, mais au pakistan elle peut accéder à la fonction de président. les koweïtiennes ont obtenu récemment le droit de vote et d'éligibilité. la réforme du code de la famille affranchit les marocaines : demeurer au domicile conjugal et refuser la polygame. le prix nobel de la paix attribué à shirin ebadi, une première pour une femme musulmane, a attiré l'attention du monde sur la lutte des iraniennes pour l'égalité des droits. au-delà des frontières des pays, le texte de laure adler et les photographies d'isabelle esraghi invitent à découvrir ces femmes dans l'islam, dans leurs diversités et leurs ressemblances.

  • Du XVIIe siècle à nous jours, l'ouvrage propose un choix de lettres émouvantes, passionnées ou témoignant de la culture scientifique ou politique de celles qui les ont écrites.
    Une cinquantaine de femmes épistolières sont ainsi évoquées, de la princesse Palatine, belle-soeur de Louis XIV à la poétesse américaine Sylvia Plath, en passant par les incontournables George Sand, Colette, Anaïs Nin, Marguerite Yourcenar.

empty