Georges Bischoff

  • De 1470 à 1620, l'Alsace est un pays de cocagne.
    Georges Bischoff offre dans ce livre un vaste panorama sur un long siècle d'or durant lequel la gastronomie alsacienne s'est forgée.

    Durant cette période de forte croissance économique, l'Alsace a vu se développer ses spécialités, ses plats, sa gourmandise.
    Quels légumes cultivait-on et dégustait-on ? Comment arrive la pomme de terre. Quelles viandes mangeait-on ? Qui cuisinait ? Que racontent les livres de recettes ? Comment était organisée une cuisine, quels étaient les ustensiles ? Selon le milieu social, que mangeait-on ?

    On y apprend que nos ancêtres se soignaient avec des régimes spécifiques ou à l'inverse, tombaient malades par excès de nourritures et de boissons.

    /> On y apprend comment les enfants des milieux nobles étaient éduqués pour bien se tenir à table.

  • La première grande révolte populaire de l'Histoire Au printemps 1525, en Alsace comme dans une grande partie du Saint-Empire romain germanique, les paysans prennent les armes au nom de l'Évangile pour promouvoir un monde fraternel, sans seigneurs ni maîtres. Leur emblème est le Bundschuh, le soulier à lacet des gens du peuple. Ils pillent les maisons religieuses, menacent les châteaux, rallient à leur cause l'immense majorité des villages et un grand nombre de villes. Mais leurs premiers succès se terminent rapidement dans un immense bain de sang.

    Au soir du Moyen Âge et à l'aube des Temps modernes, dans un climat de tensions politiques et sociales à l'échelle de l'Europe, la guerre des paysans est une vraie révolution. L'historien médiéviste Georges Bischoff raconte, avec une érudition qui n'exclut pas la verve souvent truculente, les premières années du bouillonnant XVIe siècle dans le sud de l'espace rhénan et dans les régions limitrophes, Lorraine et Franche-Comté, alors que l'humanisme ébranle de vieilles certitudes et que la Réforme s'éveille.

  • En se proposant d'en finir avec l'histoire d'Alsace, GEORGES BISCHOFF plaide pour une lecture plurielle de ce passé. Il le fait en faisant varier la focale, en ouvrant de nouveaux chantiers et en faisant vraiment l'histoire, selon les mots de Lucien Febvre: "Comprendre, c'est compliquer. C'est enrichir en profondeur et élargir de proche en proche.
    L'histoire d'Alsace, une fiction. C'est un masque plaqué sur la géographie d'un petit pays qui se trouve au bord du Rhin et au bord des Vosges, mais n'est pas plus rhénan que vosgien et pas plus vosgien que rhénan. Un contemporain d'Érasme et de Léonard de Vinci l'a défini comme « le jardin ou le coeur de l'Europe ».

  • L'objectif de cette collection est de ré-enchanter l'histoire, la raconter comme on raconte un roman. Des ouvrages courts et illustrés qui s'adressent au plus grand nombre, dans le sens noble du terme.

    Georges Bischoff propose de revenir aux origines et comprendre Strasbourg à travers son histoire, qui est incroyablement romanesque.
    La capitale alsacienne n'est pas le berceau de l'Europe sans raison. Son emplacement et son histoire font de cette ville un exemple d'ouverture et d'avant-garde. Il faut revivre sa fondation, se rappeler son esprit libre lorsqu'elle devient cité-état au XIIIe siècle, intégrer son rôle intellectuel et humaniste avec notamment la naissance de l'imprimerie, mettre en perspective son déchirement à chaque guerre. Enfin, s'inspirer de sa résilience, fruit de son esprit d'ouverture et de liberté.

  • Depuis cinq siècles, une université au coeur de la ville et de la région C'est la géographie et l'histoire qui ont fait de l'Université de Strasbourg un site universitaire sans équivalent. La position exceptionnelle de la ville au coeur des échanges et des grands mouvements intellectuels européens a été à l'origine de la création en 1566 d'une académie, qui est devenue université au sens plein en 1621. Les étudiants de toute l'Europe - Goethe est sans doute le plus fameux d'entre eux - ont pris des siècles durant le chemin de Strasbourg. La guerre de 1870, l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne, puis le retour à la France en 1918, ont fait de l'Université de Strasbourg un enjeu national et une vitrine de l'excellence intellectuelle des deux pays.

    Aujourd'hui, l'Université de Strasbourg - recréée au 1er janvier 2009 comme entité unique après la séparation en trois ensembles disciplinaires après 1968 - constitue un ensemble exceptionnel de près de 42 000 étudiants et 4 700 personnels dont près de 2 700 enseignants-chercheurs. Elle figure parmi les grandes universités pluridisciplinaires européennes et travaille à conforter son rôle international tout en renforçant ses liens avec son environnement local et régional. La recherche de l'excellence scientifique autant que le souci d'oeuvrer à l'élévation de la qualité des formations en font une université majeure et pionnière à bien des égards dans le concert des universités européennes.

  • Comme le bonheur, la Liberté est une idée neuve. Elle se vit au présent. On la remet continuellement sur le métier, à l'interface de la Philosophie qui en établit les principes, et du Droit qui en définit les modalités. On la veut universelle, on la croit intemporelle mais on sait que ce n'est pas le cas. Est-elle, pour autant, un objet d'histoire ? Les mots sont une chose, leur application une autre.
    "Aucun homme n'a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du Ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d'en jouir aussitôt qu'il jouit de la raison", écrit Diderot sous l'entrée Autorité politique de l'Encyclopédie. Aux historiens de montrer comment s'articulent les institutions et les pratiques qui permettent, accompagnent ou contrarient l'exercice cette valeur suprême.
    Le Dictionnaire historique de la Liberté se propose de sérier les thèmes et les moments de cette histoire dont l'Europe a longtemps été le foyer. On y trouvera des exposés de synthèse, des notices ponctuelles et des exemples. S'il ne prétend pas à l'exhaustivité, impossible à l'ère du numérique, il n'en a pas moins l'ambition de donner au lecteur les références dont il a besoin. Cette entreprise n'a pas d'équivalent ailleurs.
    Elle est l'oeuvre d'une équipe de l'université de Strasbourg et se réclame de l'esprit de Marc Bloch et de Lucien Febvre, ses grands devanciers.

empty