Larcier

  • Les implications du numérique dans la vie des affaires sont nombreuses : droit des contrats, propriété intellectuelle, respect des libertés fondamentales et en particulier protection des données personnelles, etc. Le « droit du numérique » veut en proposer une approche claire et didactique, centrée sur les préoccupations du praticien, en le guidant à travers les enseignements de la loi, de la jurisprudence et de la doctrine.

    L'ouvrage aborde en premier lieu les contrats « informatiques », sous l'angle du droit privé et des relations entre professionnels. Il s'agit d'assister le praticien confronté à un projet d'informatisation ou, plus largement, au contrat comme matrice de la distribution des produits, services et autres « contenus numériques ». L'étude devrait lui permettre de mieux maîtriser les enjeux de négociation et de rédaction de ces conventions.

    Les règles du droit d'auteur et plus largement des droits intellectuels dans l'environnement numérique retiennent ensuite l'attention. La protection des innovations et des actifs immatériels, y compris les informations confidentielles et les secrets d'affaires, apparaissent en effet comme un enjeu majeur et stratégique pour toutes les entreprises.

    Un large pan de l'étude est ensuite consacré au droit de la protection des données et plus particulièrement au règlement européen n° 2016/679, dit « GDPR », qui entre en application le 25 mai 2018. Celui-ci est resitué dans son contexte et fait l'objet d'un commentaire systématique et approfondi, à la lumière des premiers commentaires doctrinaux ainsi que des lignes directrices les plus récentes formulées par les régulateurs belge et européen.

    L'ouvrage se clôt par l'analyse de certaines questions choisies comme la responsabilité des intermédiaires ou les nouvelles règles en matière de sécurité informatique.

    Même si l'informatique et l'intelligence artificielle risquent de profondément transformer les métiers du droit, il reste aujourd'hui beaucoup de travail pour le juriste qui doit appréhender ces bouleversements et accompagner la transformation digitale des entreprises et des organisations en général. Formons le voeu que cet ouvrage puisse efficacement l'assister.

  • Intervenue en 2014, la sixième réforme de l'État a confié aux Régions la compétence de la location. Depuis, celles-ci ont exploité cette prérogative nouvelle, en adoptant chacune un texte propre en matière de bail d'habitation notamment, lequel s'est substitué (largement ou intégralement) à la loi fédérale préexistante ; il s'agit de l'ordonnance bruxelloise du 27 juillet 2017, du décret wallon du 15 mars 2018 et du décret flamand du 9 novembre 2018.

    Sans équivalent sur le marché, le présent ouvrage nourrit à cet égard une double ambition : détailler les ressorts de chacun de ces instruments législatifs régionaux et mettre ceux-ci en comparaison. Dans le petit pays qui est le nôtre, où les problèmes juridiques ne s'arrêtent pas aux frontières linguistiques, il a semblé important en effet de donner une information aussi exhaustive que possible sur les nouvelles législations relatives au bail d'habitation, applicables où que le logement se trouve en Belgique. Pour autant, la présentation graphique de l'ouvrage, qui prend soin de bien distinguer formellement la production de chacune des entités fédérées, permet aussi une lecture limitée à l'un ou à l'autre des trois régimes régionaux.

  • L'impôt des non-résidents constitue, au sein de l'architecture du Code des impôts sur les revenus 1992, la quatrième catégorie d'impôt sur les revenus.

    L'impôt des non-résidents détermine les revenus de source belge qui sont imposables en Belgique dans le chef de trois groupes de contribuables non-résidents : les personnes physiques, les sociétés et les personnes morales.

    Le présent ouvrage entend commenter les dispositions du Code des impôts sur les revenus 1992 qui régissent les revenus de source belge perçus par les personnes physiques non-résidentes et qui sont imposables. Dans ce cadre, une attention particulière sera portée au régime spécial de taxation des cadres étrangers.

    L'impôt des non-résidents ayant une vocation internationale, il ne peut être étudié indépendamment du droit international fiscal et des conventions préventives de la double imposition applicables. Le présent ouvrage commentera brièvement les implications qu'ont ces conventions sur l'application des dispositions du Code concernées.

    Les aspects théoriques de la matière seront exposés en suivant la chronologie du Code, sans omettre d'en commenter les aspects pratiques.

    Un second volume sera consacré à l'impôt des non-résidents applicable aux sociétés, aux personnes morales et aux entités hybrides.

  • Le droit pénal social, à la croisée des chemins entre le droit pénal et le droit social, droit en constante évolution, incrimine une série impressionnante de comportements contraires aux droits du travail et de la sécurité sociale.

    Cet ouvrage fait le point sur l'ensemble de ce droit, tant dans son aspect matériel que procédural. Y sont traités :
    - les différents acteurs du droit pénal social ;
    - les pouvoirs et devoirs des services d'inspection ;
    - les responsabilités pénale et civile des personnes physiques et morales ;
    - les infractions majeures du Code pénal social ;
    - l'imputabilité pénale et les causes de justification ;
    - la procédure pénale sociale, dont la procédure administrative et les diverses procédures judiciaires.

    Cet ouvrage, qui offre une vision globale du droit pénal social, allant des pouvoirs des inspections du travail jusqu'à la condamnation du délinquant, est agrémenté d'une bibliographie et d'un index alphabétique détaillés. Il intéressera tous les praticiens de cette matière.

    Cette nouvelle édition, à jour au 1er septembre 2019, prend en compte les nombreuses réformes législatives et jurisprudentielles intervenues depuis la précédente édition comme celles touchant à la responsabilité pénale des personnes morales, à la composition des tribunaux correctionnels, à la nouvelle structure du S.I.R.S., au principe non bis in idem, au mystery shopping, etc.

  • Cet ouvrage traite de la politique de l'Union européenne en matière d'aides d'État, qui a connu des réformes importantes au cours des dernières années, avec un triple objectif : mettre la politique des aides d'État au service d'une croissance intelligente, durable et inclusive dans un marché intérieur concurrentiel, concentrer les contrôles sur les aides ayant la plus forte incidence sur le marché intérieur, notamment les mesures fiscales, et simplifier les règles en matière d'aides d'État ainsi que la procédure de contrôle des aides. L'heure est donc particulièrement bienvenue de faire le point sur cette matière.

    Selon un plan désormais classique, le premier chapitre de l'ouvrage est consacré aux règles de fond applicables aux aides d'État, contenues à l'article 107 TFUE (allant des critères qui définissent la notion d'aide d'État aux dérogations au principe de l'interdiction des aides d'État).

    Le deuxième chapitre aborde les règles de procédure (de la procédure administrative devant la Commission au contentieux devant les juridictions de l'Union, sans oublier le contentieux au niveau national avec le rôle distinct des juridictions nationales dans l'application du contrôle des aides d'État).

    Reposant sur une analyse systématique des sources jurisprudentielles, règlementaires et quasi-règlementaires, l'ouvrage permet de mieux comprendre cette matière complexe. Il s'adresse aussi bien aux étudiants qu'aux académiques ou aux praticiens qui y sont confrontés de manière de plus en plus régulière.

  • Après avoir été longtemps oublié par les divers législateurs régionaux, le droit de la voirie a récemment fait l'objet de profondes modifications en Région wallonne et en Région flamande. Il fait actuellement l'objet d'un projet d'adaptations en Région de Bruxelles-Capitale.

    Le droit de la domanialité publique, qui n'a pas de fondement légal, a également subi une profonde mutation au cours des quinze dernières années en doctrine et en jurisprudence, sous l'influence de la volonté des pouvoirs publics de valoriser au mieux les biens de leur domaine public.

    Cet ouvrage, qui est le fruit d'un enseignement de plus de vingt ans et d'une pratique de ces matières plus longue encore, a pour ambition de présenter une vision actualisée, à décembre 2018, du droit de la voirie et du droit de la domanialité publique. Il s'adresse aux praticiens, qu'ils soient agents publics ou responsables politiques en charge de la gestion de voiries publiques ou de biens du domaine public, aux avocats ou aux magistrats.

  • Malgré quelques règles communes avec le mariage et quelques règles propres, le statut de la cohabitation légale dans le Code civil se révèle très incomplet. Les lacunes sont similaires à celles rencontrées en étudiant le régime de l'union libre. Le praticien est alors contraint de piocher dans le droit commun afin d'identifier des modes de solution.
    Pour cette raison, les auteurs ont choisi d'examiner ensemble ces deux formes de la vie en couple. L'exercice est délicat, la seule désignation de telle règle de droit pouvant déjà soulever la controverse.
    L'ouvrage s'articule autour de l'histoire du couple, depuis sa formation jusqu'à la séparation ou au décès, en passant par l'exercice de ses droits et obligations durant la vie commune.
    Il tente de dégager le plus grand nombre de questions qui se posent dans la pratique et d'y apporter des réponses claires et concrètes, en évitant de théoriser à outrance. À cette fin, il utilise abondamment l'enseignement des tribunaux, avec de multiples références pertinentes.
    Les auteurs n'hésitent pas à prendre position sur les questions controversées : suspicion des autorités à l'égard d'une cohabitation légale déclarée par un couple belgo-étranger, publicité du contrat patrimonial, secours entre cohabitants et jouissance de la résidence commune après la séparation, sortie d'indivision, enrichissement sans cause, etc.
    L'angle de vue est large. Des domaines connexes tels que les conséquences du décès accidentel d'un partenaire, la fiscalité des successions, ou le droit international privé, ne sont pas négligés.
    Des modèles sont proposés pour un contrat patrimonial et pour différentes opérations ponctuelles, qui suppléent aux carences de la loi, en vue de prévenir des litiges ultérieurs.

  • Au 1er janvier 2019, la Défense comptait pas moins de 26.483 militaires du cadre actif, des agents de l'État disposant d'un statut dérogeant pour une grande partie à celui des autres fonctionnaires. Cet ouvrage décrit les règles applicables à ces militaires. Un tel ouvrage fait actuellement défaut en droit administratif.

    L'ouvrage comporte d'abord une partie introductive, pour familiariser le lecteur avec le contexte opérationnel et la structure - récemment modifiée - de la Défense. Par la suite, les lignes de force du statut militaire sont traitées de façon systématique et approfondie en se référant aux dispositions législatives et réglementaires applicables.

    L'ouvrage contient un aperçu global du statut militaire. Les aspects suivants sont notamment traités : les caractéristiques du statut militaire, les grades militaires, les périodes et les (sous-)positions dans lesquelles les militaires peuvent se trouver, le recrutement, la formation de base et la formation continuée, la démission, l'exercice de l'emploi, l'avancement, les évaluations, l'usage des langues, le statut pécuniaire, le statut social, le statut disciplinaire, le statut syndical, le statut en matière de responsabilité civile, le statut des militaires féminins...

    L'ouvrage n'est pas uniquement destiné aux militaires, mais également aux magistrats et avocats chargés du contentieux statutaire militaire, à tous ceux qui s'intéressent à la fonction publique et plus particulièrement à ceux qui désirent acquérir des connaissances dans le domaine du statut des militaires ainsi qu'à titre de comparaison avec d'autres statuts (agents de police, pompiers, ...).

  • Après plus de sept années d'application de la loi du 13 août 2011 réformant la procédure de liquidation-partage, l'ouvrage s'arrête sur les difficultés procédurales auxquelles les praticiens - avocats, notaires, magistrats - sont régulièrement confrontés. Il propose des pistes de solutions ou parfois plus modestement de réflexion, au travers de l'analyse de dizaines de décisions de jurisprudence, la plupart inédites, prononcées depuis l'entrée en vigueur de la loi jusque fin 2019.

    L'ouvrage est divisé en quatre parties : il aborde dans un premier temps les questions rencontrées au cours de la phase judiciaire liminaire de la procédure pour ensuite se pencher, dans la deuxième partie, sur des questions spécifiques liées à la phase notariale des opérations et se poursuit, dans la troisième partie, par l'étude des hypothèses de retour au tribunal durant la phase notariale. La quatrième et dernière partie est consacrée aux spécificités de l'appel.

    L'analyse intègre les différentes lois récentes réformant la procédure civile, et notamment la loi du 19 octobre 2015 (loi « pot-pourri I »), la loi du 6 juillet 2017 (loi « pot-pourri V») et la loi du 25 mai 2018 (loi « pot-pourri VI »), ainsi que la loi du 14 octobre 2018 modifiant le Code des droits d'enregistrement, d'hypothèque et de greffe en vue de réformer les droits de greffe.

  • Depuis la première édition de cet ouvrage, en 2014, beaucoup d'initiatives législatives touchant les pensions complémentaires professionnelles ont vu le jour, tant sur le plan européen que national. Comme le renouvellement de la réglementation de contrôle des organismes de pension (entreprises d'assurances et institutions de retraite professionnelle), le traitement des pensions complémentaires des agents contractuels des services publics,la révision des conditions de la garantie de rendement des engagements de pension de travailleurs salariés, la résorption progressive des différences de traitement entre ouvriers et employés. L'accès des affiliés à leurs données de pension légale et complémentaire via Mypension.be a été réalisé. Sont à souligner la généralisation des pensions complémentaires dites du second pilier et l'accentuation de leur caractère professionnel.

    Le paysage des pensions complémentaires professionnelles s'est complété par la pension libre complémentaire des travailleurs indépendants opérant en personne physique (hors engagement de pension pour dirigeant d'entreprise) et la pension libre complémentaire des travailleurs salariés qui ne disposent pas (ou plus) d'un engagement de pension sectoriel ni d'entreprise.

    Un lien étroit a été établi entre les pensions complémentaires et la carrière professionnelle des affiliés. L'accession à la pension complémentaire s'ouvre dorénavant à l'entrée dans la vie professionnelle. En outre, la pension complémentaire s'obtient désormais en même temps que la pension légale ou, à tout le moins, avec le droit d'en bénéficier.

    S'est ainsi constitué, prolongeant le régime légal des pensions, un système complet de sécurité sociale complémentaire en matière de pension, même s'il peut encore être amélioré et approfondi.

  • La Liste civile, les dotations royales et le droit nobiliaire font l'objet de peu d'écrits. L'intérêt de ces trois matières reste pourtant prégnant dès lors que la Belgique est une monarchie qui octroie à son Souverain une Liste civile, à certains membres de la Famille royale une dotation, et continue à récompenser certains citoyens en les anoblissant.

    L'ouvrage analyse exhaustivement :
    - la Liste civile et les dotations royales qui ont été profondément remaniées par trois lois du 27 novembre 2013 sur la Liste civile, sur les dotations et qui attribue une rente viagère à S.M. le Roi Albert II. Des questions pratiques y sont abordées dont l'assujettissement à la sécurité sociale de leurs bénéficiaires, le droit au travail, les taxations (in)directes des montants alloués, les avantages octroyés en sus de la Liste civile ou des dotations ;
    - le droit nobiliaire, une prérogative royale qui trouve son fondement dans la Constitution et qui permet, chaque année, à une dizaine de Belges de se voir concéder la noblesse. L'auteur analyse en détail les conséquences d'une telle faveur : le port des titres, leur transmissibilité, leur perte notamment au regard des nouvelles règles du Code civil relative à la transmission du nom de famille et au transgenre.

    Il s'adresse à toute personne qui s'intéresse à la noblesse en Belgique, dont les parlementaires.

  • La matière du secret professionnel est une zone de tension entre le respect de droits fondamentaux et la sauvegarde d'intérêts liés à la protection des personnes et de la sécurité publique. Après avoir introduit certaines dérogations au secret professionnel au travers de l'article 458bis, le législateur a franchi un pas supplémentaire en votant, en 2017, l'article 458ter qui introduit une dynamique nouvelle entre certains détenteurs du secret et les autorités judiciaires.

  • Impôt des non-résidents Nouv.

    L'ouvrage couvre, tant d'un point de vue théorique que pratique, l'impôt sur les revenus des trois catégories de non-résidents existant en droit fiscal belge, les personnes physiques, les sociétés et les personnes morales.

  • Cet ouvrage propose un tour d'horizon complet des pouvoirs de police administrative. Il explique les règles entourant le maintien de l'ordre public.

  • Stupéfiants Nouv.

    L'ouvrage a pour objectif de recenser la législation et la jurisprudence, tant au plan national qu'international, applicables en matière de drogues.

  • Nullités et déchéances Nouv.

    Cet ouvrage contient un relevé exhaustif des décisions de jurisprudence et un exposé des différentes controverses animant la matière tout en étant axé sur la pratique.

empty