Karthala

  • Cet ouvrage part d'un paradoxe d'une brûlante actualité : alors que les régimes autoritaires tendent à se durcir et que les libertés publiques sont de plus en plus remises en question dans les démocraties libérales, le formalisme démocratique (norme électorale, expression de la « société civile », dispositifs participatifs, etc.) continue d'être très largement mobilisé comme source de légitimation interne et internationale.

    À partir d'enquêtes menées sur les pratiques d'une grande diversité de pays (Algérie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Colombie, France, Iran, Pologne, Russie, Turquie), les contributions rassemblées ici donnent à voir comment la norme démocratique, tout en demeurant incontournable, se trouve dans bien des cas affaiblie sinon vidée de sa substance à mesure qu'elle recouvre des formes plus ou moins raffinées de surveillance et de contrôle. Apparaît ainsi le brouillage contemporain de la frontière entre autoritarisme et démocratie, auquel les démocraties et les organisations internationales prêtent parfois leur concours lorsqu'elles sont amenées à en rabattre sur leurs standards.

  • Le bèlè, le danmyé et la kalennda sont des danses et des musiques héritées de l'Afrique noire, de l'influence européenne et des contraintes du système esclavagiste qui font l'objet d'une attention renouvelée en Martinique. Associations et militants y entreprennent de faire passer ces pratiques du statut de « folklores » méprisés à celui d'instruments de reconnaissance politique, sociale et culturelle. Depuis plus d'un demi-siècle, les habitants de « Bô Kannal », l'un des quartiers les plus défavorisés de Fort-de-France, ont ouvert cette voie en faisant du carnaval un instrument de visibilisation, de promotion et de réinvention culturelles. Mais comment comprendre qu'un groupe apparemment démuni et constitué d'individus au statut précaire soit parvenu à développer une mobilisation culturelle longue et intense, à l'écart des institutions ? Pour explorer les ressorts de cette énigme, ce livre s'appuie sur une étude serrée des acteurs et des pratiques de l'association Tanbo Bô Kannal (TBK). De 2011 à 2018, Lionel Arnaud a observé de l'intérieur les moyens concrets mobilisés par les membres de TBK pour résister à l'emprise culturelle de la société dominante. En plongeant le lecteur dans l'histoire, l'espace de vie et les modalités d'organisation de ces militants par la culture, il montre comment les obstacles à l'agir culturel peuvent se muer en véritables incitations au changement social.

  • Dans un contexte d'intensification de la compétition internationale des territoires, les villes rivalisent de stratégies pour accroître leur rayonnement et améliorer leur attractivité. Marseille ne déroge pas à la règle. Ce livre analyse les politiques internationales qui visent à promouvoir une nouvelle image de Marseille, accueillante pour les investisseurs, les touristes ou les organisateurs d'événements culturels ou sportifs.

    Quelles sont les facettes de Marseille mises en avant pour projeter la ville et son territoire au-delà des frontières locales et nationales ? Quels liens la municipalité tisse-t-elle avec ses homologues étrangères ? Comment la Région promeut-elle ses intérêts auprès de Bruxelles et parvient-elle à décrocher des fonds européens ? Quel est l'enjeu d'accueillir à Marseille une antenne de la Banque Mondiale ? Quels sont les effets d'une candidature à un événement international sur les recompositions des pouvoirs urbains ?
    Le livre répond à ces questions et analyse les conditions de possibilité de l'internationalisation de Marseille, métropole morcelée.

  • Les mobilisations de minorités sont volontiers évoquées dans le débat public sous l'angle de la « dérive identitaire » et du « communautarisme » qui menaceraient le modèle français de citoyenneté. Cependant, rares sont les études qui s'intéressent en profondeur à leurs acteurs, à leurs dynamiques, à leur histoire. Dans cet ouvrage, Audrey Célestine s'attache à saisir au concret la fabrique de l'identité culturelle et politique de deux groupes sociaux : les Antillais en France et les Portoricains aux États-Unis. La dimension comparative de cette enquête revisite largement l'opposition traditionnelle entre un modèle français « universaliste » et un modèle américain « communautariste ».

    En mettant en regard de façon inédite deux trajectoires postcoloniales, ce livre montre que les processus de fabrication identitaire sont étroitement liés à la gestion par les autorités publiques des minorités ethniques et s'ancrent dans des mobilisations collectives ajustées au contexte d'accueil. En proposant une sociologie comparée des « identity politics », Audrey Célestine rappelle l'histoire longue et les logiques de transformation successive de ces identités ethniques jusqu'à aujourd'hui.

  • Dans bien des capitales, des places majestueuses, chargées d'histoire et de symboles, sont investies par des manifestants : les étudiants de la place Tian-An-Men à Pékin, les Indignés sur la Puerta del Sol à Madrid, les mères de disparus sur la Place de Mai à Buenos Aires, les contestataires sur le Zócalo de Mexico. Cette centralité de l'espace dans la construction de la contestation a été notée par de nombreux observateurs au cours des révoltes arabes et du mouvement Occupy. Or, en dépit de cette apparente évidence du lieu, la dimension spatiale n'a que rarement fait l'objet d'une attention en tant que telle dans la sociologie des mobilisations. Cet ouvrage s'attaque à cet angle mort. Il propose au lecteur de comprendre l'importance des lieux physiques et vécus et leurs effets sur l'action collective en suivant des mobilisations très variées - locales ou nationales-, d'hier ou d'aujourd'hui, de la péninsule arabique à la Bretagne, de New York à la Seine-Saint-Denis, de l'Amazonie péruvienne à Madrid.

  • Cet ouvrage collectif propose un éclairage ethnographique des logiques de mobilisation électorale du Nicaragua à la Turquie, en passant par la France et les Etats-Unis. En faisant le choix d'une entrée « par le bas » et en s'intéressant au « faire campagne », cette série donne à voir les échanges et les transactions politiques, les modes d'intermédiation, les stratégies de labellisation et d'endossement de rôle, mais aussi les transformations et les ajustements des répertoires d'action mobilisés par les acteurs. L'ouvrage offre un regard comparé sur les campagnes électorales, en faisant dialoguer des travaux audelà des « aires » ou des « spécificités » culturelles dans lesquelles ils restent parfois cloisonnés. À partir d'observations menées sur des terrains géographiquement, politiquement et sociologiquement diversifiés, ce livre entend rendre compte à la fois du temps long et des logiques de situation dans lesquels s'inscrivent les processus politiques et sociaux de mobilisation électorale.

    Avec les contributions de Layla Baamara, Nicolas Bué, Maya Collombon, Hélène Combes, Hervé Do Alto, Camille Floderer, Marie-Ange Grégory, Rémi Lefebvre, Elise Massicard, Marine Poirier et Julien Talpin.

  • La violence des États centraméricains défraye souvent la chronique : conducteurs de bus tués,femmes assassinées, guerres de gangs - les fameuses maras - sur fond de narcotrafic. Au Guatemala, cette violence relève du quotidien. Ce pays d'Amérique centrale détient l'un des taux d'homicide les plus élevés au monde. Mais, il détient d'autres statistiques macabres : avec la Colombie, c'est au Guatemala que l'on tue le plus de syndicalistes. Plus qu'ailleurs, le militantisme syndical se confronte à des pratiques diffuses de discriminations antisyndicales et à des formes violentes de répression. Très peu de secteurs économiques échappent à ces contraintes. Certains secteurs sont même réputés pour leur lutte farouche contre toute forme d'action collective au travail. C'est notamment le cas des usines d'assemblage d'habits - appelées maquilas - qui fabriquent depuis maintenant plus d'une trentaine d'années pour les grandes multinationales du prêt-à-porter. Pourtant, une poignée de syndicats est parvenue à émerger au cours des dix dernières années. Ce livre retrace la trajectoire de ces mobilisations syndicales depuis les réseaux d'activisme transnational jusqu'aux luttes locales des ouvriers ; mobilisations contraintes de toute part, entre la violence et l'insécurité sociales, les stratégies antisyndicales et l'impunité ordinaire qui continue d'entourer l'exercice quotidien du droit du travail au Guatemala. Car, depuis les marques sans usines du Nord jusqu'aux maquilas du Sud, une chaîne de déresponsabilisation tend à rendre invisible l'horreur au travail. Quentin Delpech est docteur en science politique. Ses travaux de recherche portent sur l'internationalisation du militantisme syndical et sur l'exercice des droits syndicaux en Amérique centrale. Il a collaboré à de nombreuses recherches pour l'Organisation internationale du travail et pour l'Institut international d'études sociales à Genève.

  • Le Parti des travailleurs est-il devenu au Brésil un parti comme les autres au point de perdre son âme ? Longtemps vu comme un parti défenseur des plus pauvres, issu des oppositions au régime autoritaire, formé dans le giron de mobilisations ouvrières dans la région de São-Paulo, le PT est entré dans le jeu des institutions politiques dans les années 1990. Après être arrivé à la tête de plusieurs métropoles régionales, il s'est peu à peu ancré sur l'ensemble du territoire national, jusqu'à la victoire présidentielle de son dirigeant emblématique, Lula, en 2002. Le parcours de cette figure charismatique du PT, depuis les terres déshéritées de l'intérieur du Nordeste jusqu'au palais présidentiel, est significatif des transformations sociales qui ont traversé ce parti, jusque-là contestataire et devenu parti de gouvernement.

    À partir d'une enquête ethnographique menée à Recife, dans le Nordeste du Brésil, et d'une analyse localisée du politique, cet ouvrage se penche sur les parcours biographiques de militants et de cadres locaux du parti. Il pose la question de l'apprentissage du métier politique, de l'ancrage social du parti, des changements dans le « faire » campagne et des sens de l'engagement partisan.

empty