Philippe Cochinaux

  • La miséricorde est l'essence même d'un Dieu qui y invite tous les humains. Grâce à elle, il nous est permis d'espérer que tout homme soit sauvé. Philippe Cochinaux, à la lumière de ces réflexions, aborde ensuite les questions éthiques de l'échec et de la transgression, et la manière pastorale de les accompagner. Le pardon est une démarche éminemment personnelle, la réconciliation - acte d'amour qui restaure une relation blessée - est son apogée.

  • Un jour, un jeune novice arrive au monastère. La tâche qui lui est assignée est d'aider les autres moines à recopier les anciens canons et règles de l'église. Très vite, il remarque que ces moines effectuent leur travail à partir de copies et non des manuscrits originaux. Etonné de cela, il va voir le père abbé, lui faisant remarquer que si quelqu'un a fait une petite erreur dans la première copie, elle va se propager dans toutes les copies ultérieures. Le père abbé lui répond : "Cela fait des siècles que nous procédons ainsi, que nous copions à partir de la copie précédente, mais ta remarque est pertinente, mon fils et j'irai donc rechercher les originaux."Le lendemain matin, le père abbé descend dans les profondeurs du sous-sol du monastère, dans une cave voûtée où sont précieusement conservés les manuscrits et parchemins originaux. Cela fait des siècles que personne n'y a mis les pieds et que les scellés des coffres sont intacts. Il y passe la journée toute entière, puis la soirée, puis la nuit, sans donner signe de vie. Les heures s'écoulant, l'inquiétude grandit. A un tel point que le jeune novice se décide à aller voir ce qui se passe...

  • L'ethique

    Philippe Cochinaux

    Morale et éthique ne sont pas synonymes. L'auteur situe d'emblée cette dernière dans la perspective de l'Evangile, qui est une invitation constante à vivre à la hauteur de l'amour. La personne humaine, contrairement à l'animal, à une capacité réflexive, un besoin de relation et une historicité. Il n'y a pas d'éthique sans liberté, mais l'exercice de celle-ci est nécessairement limité. La conscience et sa déclinaison dans le domaine de l'éthique, le mal, la violence et le pardon sont aussi traités. Enfin, l'auteur conclut en s'intéressant aux trois dimensions de l'éthique : la dimension universelle, la dimension particulière et la dimension singulière.

  • Promesses de bonheur

    Philippe Cochinaux

    • Salvator
    • 25 Octobre 2007

    « Les homélies de Philippe Cochinaux pétillent de vie. Elles ne sont jamais ennuyeuses. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce qu'il a une profonde compréhension de l'humanité. Cela lui permet de comprendre ce Dieu qui s'est fait humain [...]. Sans porter de jugement, Philippe Cochinaux comprend nos faiblesses et notre fragilité, mais aussi notre capacité d'amour et de générosité. Nous avons "des gestes simples de la vie véhiculés par l'amour, des actes de tendresse et d'amitié, des solidarités. Nos vies en sont parsemées." Nous apprenons à ne pas craindre nos faiblesses mais à oser y faire face et à les partager [...]. Ce livre est bourré d'images surprenantes qui bousculent nos a priori. »

  • Fragments de bonheur

    Philippe Cochinaux

    • Salvator
    • 25 Octobre 2006

    Imaginez vous un instant qu'à partir de demain votre banque vous offre chaque matin la somme de 86 400 euros. Cette somme devra être dépensée durant la journée. Vous pouvez l'utiliser pour vos propres besoins ou offrir des cadeaux à d'autres. En tout cas, il n'est pas question de la transférer sur autre compte ou de la prêter. Elle doit être dépensée. Et tout l'argent que vous n'aurez pas dépensé sera perdu à jamais mais le matin suivant vous aurez à nouveau 86 400 euros qui vous attendent sur votre compte. De plus, vous fait remarquer la banque, elle peut interrompre ce cadeau quand elle le veut, sans vous prévenir. Et jamais plus vous ne recevrez une telle aubaine. Chacun d'entre nous évidemment se met à rêver et à faire de superbes projets avec une telle banque imaginaire. Cette banque n'est pas si magique que cela, écrit Marc Lévy dans son livre " et si c'était vrai... ". Cette banque nous l'avons tous, c'est la banque du temps. Chaque journée qu'il nous est offert de vivre est crédité de 86 400 secondes. J'ai fait le calcul et cela tombe juste : 60 * 60 * 24 égale bien 86 400.
    Le temps est un luxe, une valeur extrêmement précieuse

  • En période de crise, quoi de plus nécessaire que l'espérance ? Ce sont précisément dans les situations les plus difficiles qu'elle se révèle : elle fait voir la brèche dans le mur, le possible dans l'impossible.

    Les prédications rassemblées ici ont été prêchées lors des Septennales en l'honneur de Notre-Dame de la Sarte à Huy. Chacune tente de traduire notre espérance en un Dieu qui vient de l'avenir et le rend possible pour les humains d'aujourd'hui.

empty