Martin Hébert

  • Les catastrophes naturelles et l'action humanitaire qui s'ensuit désapproprient-elles le savoir du parler ordinaire sur la souffrance ou donnent-elles une occasion de s'en approprier ? La question est posée dans deux contextes radicalement différents. Les catastrophes naturelles peuvent provoquer une situation d'exception ou, au contraire, elles peuvent être inscrites dans la mémoire des gens comme des situations récurrentes. Ces deux cas définissent chacun des modes d'action humanitaire qui produisent des effets distincts. Le séisme de 2010 en Haïti a non seulement créé une situation d'exception, mais il est, par son coût humain, sans précédent. Cela a sans doute justifié un afflux sans commune mesure des organisations non gouvernementales (ONG). L'ampleur du désastre et de l'entreprise correspondante de secours d'urgence dans une fébrilité parfois cacophonique a retenu l'attention tant des institutions publiques que des chercheurs. On a fait état en Haïti du coût de l'aide, du gaspillage de celle-ci, de son inefficacité, de la part non honorée de l'aide promise, de la concurrence acharnée et vaine entre les ONG, du rôle d'empiètement des ONG sur les prérogatives de l'État, du manque de considération des structures sociales existantes, du caractère uniformisant des interventions humanitaires, même parfois de la destruction irréfléchie des réseaux sociaux de la population haïtienne. Au Guatemala où les désastres sont à la fois plus fréquents et de moindre ampleur, l'action humanitaire des ONG semble mieux organisée et davantage liée aux groupes associatifs. Les effets de l'action des ONG sur le mode de mise en récit de la souffrance sont-ils alors les mêmes ? En Haïti ou au Guatemala, l'attention des chercheurs s'est tournée vers ces actions humanitaires, mais peu sur les effets qu'elles engendrent sur le rapport à soi des populations affectées.

  • Les termes vérité, justice et réconciliation occupent aujourd'hui une place importante dans le vocabulaire mobilisé pour cadrer les rapports entre les États des Amériques et les populations qu'ils ont historiquement marginalisées. Enjeu de luttes politiques, la définition de ces mots a une portée juridique et des incidences sur les mesures de réparation envisagées, mais elle soulève aussi, fondamentalement, la question de la manière dont est construit le récit d'une histoire commune capable de dire la violence d'une société. Fruit d'un dialogue entre des chercheurs et chercheuses, des défenseurs et défenseuses des droits de la personne et des membres d'organisations de femmes et d'Autochtones de plusieurs pays des Amériques, cet ouvrage fait état des débats sur les politiques de vérités sur les crimes et violations des droits dans le contexte des dictatures du Cône Sud, des guerres civiles en Amérique latine et des pensionnats autochtones en Amérique du Nord. Les différentes contributions analysent en particulier les enjeux liés aux politiques de mémoire des exactions, la manière dont sont comprises les conditions de non-répétition de ces violences et des mesures visant le rétablissement de la dignité des victimes.

  • L'ouvrage de référence sur le développement de la sexualité chez les enfants et les adolescents, normal, problématique ou pathologiques.

    L'enfant est un être sexuel dont la sexualité évolue au fur et à mesure des changements biologiques, cognitifs, sociaux et affectifs qui marquent son développement. Lorsque l'enfant grandit et devient adolescent, sa sexualité est une étape développementale qui marque la transition vers l'âge adulte.

    Dans cet ouvrage, les auteurs offrent une synthèse des connaissances et des travaux de recherche les plus récents dans le domaine du développement psychosexuel de l'enfant et de l'adolescent et tentent de répondre, entre autres, aux questions suivantes : comment définir le développement sexuel typique de l'enfant ? Qu'est-ce qu'un développement sexuel atypique ? Quels sont les principaux comportements sexuels problématiques chez les enfants ? Comment les jeunes de la diversité sexuelle, souvent victimes de violences et de discriminations, peuvent-ils s'affirmer et avoir un développement sexuel harmonieux ? Quels sont les comportements sexuels des jeunes vivant avec le VIH et comment s'investissent-ils dans une relation amoureuse ? Quels sont les principaux enjeux sexuels des jeunes en situation de précarité ?

    Les auteurs, en prenant en compte les travaux les plus importants en psychologie, psychoéducation, sexologie, sociologie et anthropologie, garantissent une approche multidisciplinaire de chaque thématique abordée. Ils font également le point sur les meilleures pratiques pour l'évaluation du développement sexuel, l'éducation à la sexualité, la promotion de la santé sexuelle et l'intervention préventive et clinique.

  • Développer une économie verte au-delà du capitalisme vert, est-ce pensable ? Les auteurs, se nourrissant des réflexions émises au Forum international des dirigeants de l'économie sociale (FIDES), présentent des analyses, mais surtout des propositions pour agir dès maintenant en ce sens.

  • Les termes vérité, justice et réconciliation occupent aujourd'hui une place importante dans le vocabulaire mobilisé pour cadrer les rapports entre les États des Amériques et les populations qu'ils ont historiquement marginalisées. Enjeu de luttes politiques, la définition de ces mots a une portée juridique et des incidences sur les mesures de réparation envisagées, mais elle soulève aussi, fondamentalement, la question de la manière dont est construit le récit d'une histoire commune capable de dire la violence d'une société. Fruit d'un dialogue entre des chercheurs et chercheuses, des défenseurs et défenseuses des droits de la personne et des membres d'organisations de femmes et d'Autochtones de plusieurs pays des Amériques, cet ouvrage fait état des débats sur les politiques de vérités sur les crimes et violations des droits dans le contexte des dictatures du Cône Sud, des guerres civiles en Amérique latine et des pensionnats autochtones en Amérique du Nord. Les différentes contributions analysent en particulier les enjeux liés aux politiques de mémoire des exactions, la manière dont sont comprises les conditions de non-répétition de ces violences et des mesures visant le rétablissement de la dignité des victimes.

empty