Martial Poirson

  • La sociocritique, attachée à la construction discursive des représentations sociales, n'a guère privilégié jusqu'à présent le domaine dramatique. Le théâtre, forme sociale par excellence, suscite peut-être trop spontanément une approche relevant de la sociologie de la création ou de la réception, et non de la sociocritique, laquelle étudie le social dans le texte et cerne la socialité des oeuvres dans leur productivité symbolique. Parce que le théâtre est disputé par des disciplines universitaires parfois concurrentes, il s'est trouvé rejeté tantôt du côté d'une approche strictement textuelle et littéraire, tantôt du côté de l'analyse du fait spectaculaire, de la théâtralité à la mise en scène et à la performance ; le théâtre a été également abordé à partir de son environnement culturel et institutionnel, ou saisit en tant qu'acte politique dans ses discours idéologiques explicites. Une sociocritique du théâtre, en tant qu'herméneutique attachée au latent, au mouvant, à l'impensé des oeuvres, doit envisager une « sociosémiotique » croisant les méthodes et les disciplines, dans une prise en compte du texte et de la représentation. Telle est la proposition de ce volume d'Études littéraires à travers neuf études, entre XVIIIe siècle et scène contemporaine, en passant par le romantisme et le symbolisme.

  • Théâtre, danse, opéra, mais également variété, one man show, performance, cirque, arts de la rue... Si la délimitation du spectacle vivant ne va pas de soi, le terme « économie du spectacle » n'est pas moins complexe. Il désigne des réalités diverses : superproductions budgétivores de certains festivals ou de théâtres nationaux déficitaires, ...

  • Trop méconnu parmi les figures littéraires du XVIIIe siècle, Destouches n'en fût pas moins un acteur reconnu.
    Ce volume s'inscrit dans le renouvellement actuel de la lecture de Destouches. Il rassemble les articles des chercheurs et des artistes soucieux de le remettre en scène, de lui redonner sa juste place dans le paysage théâtral, aux côtés des Regnard, Dufresny, Gresset, et même Voltaire et Marivaux. Il a pour ambition de montrer la complexité de cette oeuvre hybride et de mettre au jour les mécanismes de sa notoriété.
    Retour sur un homme-clé du paysage théâtral français du XVIIIe siècle dans un ouvrage interdisciplinaire.
    EXTRAIT
    Célèbre de son vivant aussi bien à la Comédie-Française que sur les autres scènes françaises et européennes, auteur de deux des plus grands succès du siècle, avec Le Philosophe marié (1729) et Le Glorieux (1732), Destouches bénéficie actuellement d'un certain regain d'intérêt pour le répertoire comique de la première modernité. Son théâtre se situe entre tradition et innovation, entre comique et sérieux, entre édification et plaisir. On y reconnaît diverses influences, notamment celle du théâtre anglais, mais également celle de Molière, dont il cherche à se démarquer tout en rendant hommage à son modèle indépassable. Ce répertoire essentiel de la première moitié du XVIIIe siècle appelle des perspectives variées qui articulent l'étude d'une dramaturgie à vocation morale, étayée par une poétique d'un nouveau genre préfigurant le drame, impliquée dans les grandes questions sociales, économiques, juridiques et politiques de son temps.

empty