Jean Robert Zimmermann

  • L'histoire du Haut-Koenigsbourg est presque millénaire. Juché à 730 mètres, surplombant toute la plaine d'Alsace, à l'ouest de Sélestat, le Haut-Koenigsbourg,- édifié par le duc de Souabe- fut successivement le siège des Hohenstaufen, de Frédéric 1er Barberousse, des Hohenstein, des Ratshsamhausen, puis il devient propriété impériale (Rodolphe de Habsbourg) avant d'être dévolu aux comtes de Thierstein et aux Sickiengen. A l'issue de la guerre de Trente Ans, il devient propriété de Louis XIV qui le donne à des privés qui le laissent se délabrer. Ensuite pendant prés de 3 siècles, le lieu devient progressivement une ruine, but de promenades au XIXème siècle des premiers touristes et " des chercheurs d'or ". Suite à l'annexion, l'Allemagne récupère son château le plus célèbre. Guillaume Il charge alors son architecte Bodo Ebhardt de concevoir a restauration du lieu et d'en faire un outil de la propagande allemande...
    Illustré de nombreux documents anciens, photographies d'époque et photographies actuelles, l'ouvrage présente l'histoire du château depuis sa création, le contexte historique dans lequel il a évolué, son bandon et sa reconstruction en 1908. Une découverte des villages situés au pied du château et de la ville de Sélestat complète de document.

  • À la fin du XIXe siècle, les crêtes vosgiennes indiquaient la frontière entre la France et l'Allemagne (on disait d'ailleurs " la ligne bleue des Vosges ").
    Après l'armistice du 11 novembre 1918 et le retour de l'Alsace dans la France, les sommets vosgiens sont devenus les montagnes les plus proches de Paris et depuis près d'un siècle elles accueillent hiver comme été des milliers de touristes en provenance de Belgique, du Luxembourg et de la moitié nord de la France. Randonnée, art de vivre en fermes-auberges, sports d'hiver, thermalisme... sont autant de buts de séjour dans une région d'exception.
    Les sommets vosgiens sont marqués par des lieux célèbres comme le Grand Ballon, le Petit Ballon, le Hohneck, le Markstein, le Champs du Feu... tous situés entre 1000 et 1400 mètres d'altitude. Deux parcs naturels régionaux gèrent ce territoire fragilisé par une fréquentation croissante (le Parc des Ballons et le Parc des Vosges du Nord) et les activités humaines sont restées présentes grâce aux fermes d'altitude (les marcairies) et à l'activité des fermes-auberges.
    Mais les Hautes-Vosges, c'est aussi une nature dotée d'une riche flore et faune, véritable paradis pour la randonnée pédestre. D'autres buts de découverte peuvent aussi être envisagés grâce au patrimoine architectural qui est implanté sur les versants lorrains et alsaciens : Haut-Koenigsbourg, Mont Sainte-Odile, le Donon, abbayes de Moyenmoutier et d'Etival... Principales villes concernées par l'accès aux Hautes-Vosges présentées dans le livre : côté lorrain : Saint-Dié, Gérardmer, La Bresse, Remiremont, Le Thillot, Val-d'Ajol, Bussang...
    ; côté alsacien : Thann, Guebwiller, Munster, Ribeauvillé, Sainte-Marie-aux-Mines, Schirmeck, Molsheim, Saverne. L'ouvrage présente les Hautes-Vosges du Nord au Sud (de Saverne au Grand Ballon), soit un espace de plus de 100 km de longueur sur une largeur entre Lorraine et Alsace de près de 70 km. De magnifiques photographies immortalisent les paysages, la faune, la flore et les activités humaines.

  • À la fin du XIXe siècle, les crêtes vosgiennes indiquaient la frontière entre la France et l'Allemagne (on disait d'ailleurs « la ligne bleue des Vosges »). Après l'armistice du 11 novembre 1918, et le retour de l'Alsace dans la France, les sommets vosgiens sont devenus les montagnes les plus proches de Paris et depuis près d'un siècle elles accueillent - hiver comme été - des milliers de touristes en provenance de Belgique, du Luxembourg et de la moitié nord de la France.
    Randonnée, art de vivre en fermes-auberges, sports d'hiver, thermalisme... sont autant de buts de séjour dans une région d'exception.
    Les sommets vosgiens sont marqués par des lieux célèbres comme le Grand Ballon, le Petit Ballon, le Hohneck, le Markstein, le Champs du Feu...tous situés entre 1000 et 1400 mètres d'altitude.
    Deux parcs naturels régionaux gèrent ce territoire fragile du fait d'une fréquentation croissante (le Parc des Ballons et le Parc des Vosges du Nord) et les activités humaines sont restées présentes grâce aux fermes d'altitude (les marcairies) et à l'activité des fermes-auberges.
    Mais les Hautes-Vosges, c'est aussi une nature dotée d'une riche flore et faune, véritable paradis pour la randonnée pédestre. D'autres buts de découverte peuvent aussi être envisagés grâce au patrimoine architectural qui est implanté sur les versants lorrains et alsaciens : Haut-Koenigsbourg, Mont Sainte-Odile, le Donon, abbayes de Moyenmoutier et d'Etival...
    Principales villes concernées par l'accès aux Hautes-Vosges présentées dans le livre :
    - côté lorrain : Saint-Dié, Gérardmer, La Bresse, Remiremont, Le Thillot, Val-d'Ajol, Bussang...
    - côté alsacien : Thann, Guebwiller, Munster, Ribeauvillé, Sainte-Marie-aux-Mines, Schirmeck, Molsheim, Saverne.
    L'ouvrage présente les Hautes-Vosges du Nord au Sud (de Saverne au Grand Ballon), soit un espace de plus de 100 km sur une largeur entre Lorraine et Alsace de près de 70 km. De magnifiques photographies immortalisent les paysages, la faune, la flore et les activités humaines.

empty