Audrey Célestine

  • Des vies de femmes célèbres ou méconnues à la conquête de leur liberté.
    On connaît Michelle Obama, Rosa Parks ou Nina Simone. Mais peut-être moins Sojourner Truth, Audre Lorde ou Darling Légitimus...
    Des Antilles aux États-Unis, en passant par Paris, ce livre retrace la vie de ces femmes, noires, libres, inspirantes. Des combattantes parfois méconnues, oubliées.
    De la fin de l'esclavage jusqu'à aujourd'hui, l'historienne Audrey Célestine dresse plus de 60 portraits d'héroïnes ou d'inconnues. Refusant d'être réduite à la couleur de leur peau, elles ont chanté, créé, écrit...
    Loin d'être des passagères clandestines de l'histoire, elles se sont battues contre l'asservissement, la ségrégation, le racisme. Aujourd'hui, leurs héritières poursuivent et réinventent leurs luttes.
    Un livre nécessaire et inspirant.

  • La trajectoire d'une famille, aux confins de la petite histoire et de la grande. Dans ce récit intime qui s'étend de 1930 à 2010, Audrey Célestine retrace la vie des membres de sa famille sur trois générations, des Antilles à l'Algérie en passant par le nord de la France. Les parcours de ces personnages dont les vies sont bousculées par la colonisation ou l'empire se font les témoins d'un contexte historique, politique et sociologique. En plus de nous embarquer dans ce dédale de routes passionnant, l'écriture personnelle d'Audrey Célestine, sociologue, vient incarner les problématiques de l'identité, de la racialisation et de l'expérience du racisme.

  • Les mobilisations de minorités sont volontiers évoquées dans le débat public sous l'angle de la « dérive identitaire » et du « communautarisme » qui menaceraient le modèle français de citoyenneté. Cependant, rares sont les études qui s'intéressent en profondeur à leurs acteurs, à leurs dynamiques, à leur histoire. Dans cet ouvrage, Audrey Célestine s'attache à saisir au concret la fabrique de l'identité culturelle et politique de deux groupes sociaux : les Antillais en France et les Portoricains aux États-Unis. La dimension comparative de cette enquête revisite largement l'opposition traditionnelle entre un modèle français « universaliste » et un modèle américain « communautariste ».

    En mettant en regard de façon inédite deux trajectoires postcoloniales, ce livre montre que les processus de fabrication identitaire sont étroitement liés à la gestion par les autorités publiques des minorités ethniques et s'ancrent dans des mobilisations collectives ajustées au contexte d'accueil. En proposant une sociologie comparée des « identity politics », Audrey Célestine rappelle l'histoire longue et les logiques de transformation successive de ces identités ethniques jusqu'à aujourd'hui.

empty