Tels Quels, vos derniers achats.

  • Dernier coup de fourchette

    Henri Berger

    Vraie fiction et faux polar, ce récit narre les péripéties vécues par un capitaine de police, mobilisé par la recherche de la vérité et, accessoirement, du bonheur. Les relations entre les divers personnages, à Grenoble ou en villégiature dans le Golfe de Gênes, leur permettent de se révéler, jusqu'à un coup de fourchette fatidique. Ses lourdes conséquences entraînent le policier en Bavière, puis à une confrontation fructueuse avec sa mère. Saura-t-il, enfin, la vérité sur son père ?

  • Féodora a grandi parmi les loups. Ils sont tout pour elle et, bientôt, elle deviendra maître-loup, comme sa mère. Mais ce destin extraordinaire est anéanti quand surgit l'armée du tsar, dévastant tout sur son passage. Alors que sa mère est faite prisonnière, l'intrépide Féo part avec sa meute à travers les forêts enneigées de Sibérie. Bravant l'ennemi, le froid, les tempêtes, elle est prête à tout pour la sauver...

  • FéminiSpunk ; le monde est notre terrain de jeu Nouv.

    FéminiSpunk est une fabulation à la Fifi Brindacier. Elle raconte l'histoire, souterraine et infectieuse, des petites filles qui ont choisi d'être pirates plutôt que de devenir des dames bien élevées. Désirantes indésirables, nous sommes des passeuses de contrebande. Telle est notre fiction politique, le récit qui permet à l'émeute intérieure de transformer le monde en terrain de jeu. Aux logiques de pouvoir, nous opposons le rapport de forces. À la cooptation, nous préférons la contagion. Aux identités, nous répondons par des affinités. Entre une désexualisation militante et une pansexualité des azimuts, ici, on appelle « fille » toute personne qui dynamite les catégories de l'étalon universel : meuf, queer, butch, trans, queen, drag, fem, witch, sista, freak... Ici, rien n'est vrai, mais tout est possible. Contre la mascarade féministe blanche néolibérale, FéminiSpunk mise sur la porosité des imaginaires, la complicité des intersections, et fabule une théorie du pied de nez. Irrécupérables !

  • À la maison, Adèle a créé une nouvelle invention : un détecteur de mortellitude. Enfin un moyen de reconnaître ses semblables, des gens bizarres et mortels à la fois ! Adèle décide de tester son invention à l'école : Geoffroy, Jade, Miranda, Jennyfer... tous ses camarades y passent mais aucun ne fait bouger l'aiguille du détecteur. Adèle va-t-elle trouver quelqu'un d'aussi mortel qu'elle ?

  • Mortelle Adèle ; les bêtises, c'est maintenant ! Nouv.

    C'est le grand jour de l'élection des délégués de classe. Mortelle Adèle est bien décidée à remporter tous les suffrages, face à l'insupportable Jade et la timide Mélissa : il est grand temps d'abolir la conjugaison et de rendre le bavardage obligatoire... Les bêtises, c'est maintenant !

  • Depuis longtemps, ils rêvaient d'écrire un livre ensemble, pour être utiles, pour apporter des réponses aux questions que tout être humain se pose sur la conduite de son existence. Quelles sont nos aspirations les plus profondes? Comment diminuer le mal-être? Comment vivre avec les autres? Comment développer notre capacité au bonheur et à l'altruisme? Comment devenir plus libre?...
    Sur chaque thème, ils racontent leurs expériences, leurs efforts, les leçons apprises en chemin, et nous proposent des conseils. Leurs points de vue sont différents, mais ils se retrouvent toujours sur l'essentiel.
    Un livre limpide et lumineux pour apprendre le métier de vivre

  • Se lever plus tôt pour gagner un supplément de vie...

    Et si la clef du bonheur et de la réussite se trouvait dans cette nouvelle résolution ? C'est la découverte qui a changé la vie d'Hal Elrod ainsi que celle de milliers de lecteurs.
    Démarrez votre journée par un moment rien qu'à vous, profitez de ce moment de calme pour méditer, faire du sport, lire et préparer votre journée, comme une nouvelle aventure à entamer chaque matin. Et faites de votre quotidien un miracle !

  • L'éloge du Prophète de l'islam, Muhammad, est un vieux thème de la poésie arabe qui a pris son essor du vivant même du Prophète pour atteindre son plus haut degré de perfection au XIIIe siècle, avec la fameuse Burda de l'Egyptien Bûsîrî (m.1295). Combinant les éléments traditionnels du panégyrique (qualités physiques et morales hors du commun de la personne louangée), l'effusion lyrique de la poésie amoureuse (prologue galant, évocation nostalgique de l'aimé et de son lointain pays), la ferveur religieuse (irruption du surnaturel, récit des miracles) et la quête mystique de l'Homme parfait, les poètes qui s'y sont illustrés ne comptent généralement pas parmi les ténors de la poésie arabe classique. Quelques-uns, cependant, parmi les contemporains les plus illustres, y ont apporté leur contribution, soit pour attester tout simplement de leur foi musulmane, soit pour affirmer l'actualité du Prophète et l'universalité de son message. L'anthologie traduite en français par Idrîs de Vos en vers rythmés et rimés comprend d'une part, presque intégralement, les poèmes les plus célèbres du genre, notamment Les Mille Vers de Nabhânî (1849-1932), et, d'autre part, un florilège permettant de suivre l'évolution du thème à travers les siècles jusqu'à nos jours.

  • Alan Lee raconte ici, en mots et en images, comment il a réalisé les magnifiques aquarelles de l'édition illustrée (dite du Centenaire) du Seigneur des Anneaux. Ces images se sont révélées si puissantes et évocatrices qu'elles ont finalement façonné le visuel des trois films de Peter Jackson et ont valu un Oscar à Alan Lee.

    Le Cahier de croquis du Seigneur des Anneaux présente plus de 150 esquisses et croquis de travail, et montre comment ce projet est passé de l'idée à sa réalisation artistique. Il contient également un choix d'aquarelles en pleine page avec de nombreux dessins inédits réalisés pour le film ou spécialement pour ce livre.

    Ce Cahier donne un aperçu fascinant de l'imaginaire d'un homme qui a représenté les visions de Tolkien, d'abord sur une page puis en trois dimensions au cinéma. Il intéressera les nombreux amateurs d'Alan Lee tout comme les artistes en herbe qui veulent découvrir les secrets de l'illustration.

  • Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d'El Idilio les accusent à tort du meurtre d'un chasseur blanc, le vieil homme se révolte. Obligé de quitter ses romans d'amour - seule échappatoire à la barbarie des hommes - pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse, il replonge dans le charme hypnotique de la forêt.

  • Thierry Metz, manoeuvre mais aussi écrivain et poète, a consacré ses heures de liberté à l'écriture. En 1990, pendant six mois, alors qu'il travaillait à la réhabilitation d'une usine, il a consigné sa vie quotidienne au coeur de ce Journal d'un manoeuvre, d'une poésie brute, splendide, émouvante.

  • Prolongeant ses travaux sur la répression, Vanessa Codaccioni analyse et dénonce les ressorts de « la société de vigilance ». Surveillance massive, appel à la délation, légitimation de la répression : une nouvelle servitude volontaire est insidieusement imposée aux citoyens qui deviennent des acteurs incontournables de cette dynamique sécuritaire.

  • Le cocu imaginaire offre le premier modèle de ces personnages dont les souffrances vont constituer l'essence de la comédie. Celle-ci donne, avec Arnolphe et Agnès, l'image des rêves, des désirs, des passions qui agitent le corps et le coeur des hommes. Et l'éveil d'Agnès, malgré la soumission où l'a tenue son tuteur, pose directement, à une société qui ne l'avait jamais entendue avec autant d'acuité, la question de l'éducation des filles, et celle de leur liberté. L'École des femmes marque ainsi une date dans l'oeuvre de Molière et dans l'histoire du théâtre lui-même : elle élargit le champ de la comédie à la peinture de l'homme et de la société, et affirme la dignité et la richesse du genre comique.
    />

  • Les choses

    Georges Perec

    Dans ce récit si simple et si uni qu'il convient d'en souligner l'originalité profonde, Georges Perec tente, le premier avec cette rigueur, de mettre au service d'une entreprise romanesque les enseignements de l'analyse sociologique. Il nous décrit la vie quotidienne d'un jeune couple d'aujourd'hui issu des classes moyennes, l'idée que ces jeunes gens se font du bonheur, les raisons pour lesquelles ce bonheur leur reste inacessible - car il est lié aux choses que l'on acquiert, il est asservissement aux choses. « C'est qu'il y a [dira Georges Perec] entre les choses du monde moderne et le bonheur, un rapport obligé... Ceux qui se sont imaginé que je condamnais la société de consommation n'ont vraiment rien compris à mon livre. Mais ce bonheur demeure possible ; car, dans notre société capitaliste, c'est : choses promises ne sont pas choses dues. »

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Résine

    Elodie Shanta

    Claudin rentre chez lui affolé : sa femme Résine est accusée d'être une sorcière. Ils s'enfuient et commencent une nouvelle vie dans le village de Floriboule, mais leur arrivée est à l'origine de nombreux problèmes : accusations infondées, procès en sorcellerie, confrontation avec des villageois aussi sexistes qu'obscurantistes. Résine, Claudin et leurs allié.es (l'apothiqueresse et sa compagne, la boulangère Amarante et le lutin Scorbul) essayent de rétablir la justice et d'échapper au bûcher.

    On retrouve dans Résine l'univers fantasticomédiéval et l'humour d'Elodie Shanta au service d'un récit incisif et de problématiques plus graves, telles que le sexisme et les violences faites aux femmes. Il est aussi question dans Résine de sororité, d'entraide, de l'importance de dépasser les apparences... et d'amour !

  • Ami lecteur, sache que tout ce que je raconte est vrai. C'est l'histoire d'un mec qui a découvert son hypersensibilité sur le tard et qui souhaite partager cette magnifique expérience. Le sentiment que j'ai au quotidien, c'est d'avoir une parabole au-dessus de la tête. Elle capte énormément d'informations olfactives, auditives, visuelles... tous mes sens s'exacerbent. Je suis comme le personnage de la série Mentalist, mais moi, j'ai décidé de ne pas résoudre d'enquête criminelle. Enfin pour l'instant.

    Avec l'humour et la sincérité qui le caractérisent, Maurice Barthélemy livre un témoignage salutaire sur sa vie d'hypersensible et dédramatise une nature trop souvent méconnue. Éclairé par l'expertise de la psychopraticienne Charlotte Wils, il nous donne des clés pour mieux se comprendre, s'accepter, et s'ouvrir à la différence.

  • Les royaumes de feu 13 ; le souffle du mal Nouv.

    L'heure de la vengeance a sonné. Cachés parmi les arbres de la dangereuse jungle Empoisonnée, Droséra et ses amis se préparent à affronter la reine Frelonne et son armée. Les dragonnets doivent déterrer un secret très ancien qui leur donnera une chance de l'emporter... ou pourrait tous les tuer.

  • Après La Douleur, quelle chose étrange publiée en octobre 2018, Steve Haines consacre un nouveau petit précis à un thème de santé. Il se penche ici sur l'anxiété, parfois considérée comme le nouveau mal du siècle. En trente-deux pages, Haines brosse un tableau synthétique de ce que l'on sait sur cette émotion désagréable ressentie par tout le monde (sauf par les psychopathes), à des degrés plus ou moins importants. Steve Haines présente les nombreux facteurs considérés comme des causes pouvant accroître l'état d'anxiété, il détaille les différentes manifestations de ce trouble, et présente des pistes d'actions pour ceux qui en souffrent le plus ; les personnes pour lesquelles de nombreuses décisions du quotidien deviennent presque une question de vie ou de mort et provoquent des crises de panique.
    Comme dans le précédent volume, l'illustratrice anglaise Sophie Standing met en dessin le texte de Haines, avec un vrai travail stylistique et la volonté de rendre compréhensible les explications du scénariste mais aussi de trouver des astuces graphiques tout en utilisant une palette de couleurs et un style singuliers, inhabituels dans le registre de la bande dessinée didactique.

  • Tout le monde peut être génial ! Et c'est avec une attitude positive que l'on réussit dans les domaines qui nous tiennent à coeur.
    À travers ses expériences personnelles de champion olympique, Matthew Syed livre dans ce journal des tas d'astuces pour prendre confiance en soi et révéler tout son potentiel. Un livre rempli de quiz, de challenges, d'activités ludiques pour être encore plus génial(e).

  • Sortir des émotions négatives Nouv.

    Nos émotions sont un torrent qui fluctue en fonction d'un environnement parfois injuste. L'angoisse, la culpabilité, la tristesse, le deuil, le regret, la honte, la colère, le mépris, la jalousie, le ressentiment, la haine font partie de la vie, mais ils peuvent nous détruire ou détruire les autres.
    Ce livre propose de faire face à la toxicité émotionnelle avec un programme d'autogestion des émotions négatives (PAEN). Ce programme original aidera chacun à établir de nouveaux ancrages sécurisants pour mieux vivre. Vous y découvrirez, également, le pouvoir des émotions positives ainsi que des exercices pratiques pour canaliser vos émotions négatives vers l'optimisme et la créativité.
    Au-delà de la psychologie individuelle, ce livre est une réflexion sur la manipulation des émotions collectives négatives par des stratèges de la prise de pouvoir. Il suggère aussi quelques remèdes à la crise psychologique globale que nous traversons dans un contexte de pandémie et de fake news.

  • Un jour, Greg Heffley sera célèbre, c'est sûr. Des tas de gens écriront sur lui.
    Et qui est mieux placé pour rédiger la biographie de Greg que son meilleur pote, Robert Jefferson ?
    Robert est adorable, super amical, passe son temps à s'excuser et ne dit jamais de mal des gens. Greg devrait pouvoir lui faire confiance, non ?
    Mais peut-on réellement compter sur quelqu'un qui ne fait jamais de bêtises ? Car Robert Jefferson va écrire sa vérité. D'accord, d'accord, il va parler de Greg. Mais il va surtout raconter sa vie à lui : celle d'un gamin trouillard et naïf.

empty